Scrabble: Nigel Richards, le «Kiwi» qui prit les francophones au mot

Homme de mots, Nigel Richards n'est pas en... (PHOTO AFP)

Agrandir

Homme de mots, Nigel Richards n'est pas en apparence un homme de l'être: réservé, l'air parfois étrange, presque absent, il refuse les interviews et ne s'épanche jamais sur sa vie privée.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bruxelles

Triple champion du monde de Scrabble dans la langue de Shakespeare, le Néo-Zélandais Nigel Richards a pris les francophones au mot en remportant la couronne suprême dans la langue de Molière sans en rien comprendre.

Décrit par un proche comme un «homme de peu de mots», Richards, 48 ans, a été sacré champion du monde de Scrabble francophone lundi à Bruxelles, surclassant plus de 70 joueurs censés, eux, connaître le sens de joyaux (30 points), «yeux» (22 points), ou képis (16 points).

Accepté dans les deux langues, Kiwis, surnom affectueux donné aux Néo-Zélandais, rapporte un minimum de 23 points...

Sa méthode? Il a appris par coeur les mots de L'Officiel du Scrabble. M. Richards est doté d'une grande capacité d'anticipation et n'a pas besoin de faire bouger ses lettres pour former des mots, selon un responsable de la Fédération française.

Esprit clair, grande mémoire, un ami compare ce grand échalas portant d'épaisses lunettes et une barbe de bûcheron au «Tiger Woods du Scrabble».

Outre ses trois titres mondiaux en anglais (2007, 2011 et 2013), il a remporté à cinq reprises le championnat nord-américain et raflé onze éditions de la prestigieuse Coupe du roi en Thaïlande, un événement parrainé par la famille royale thaïlandaise.

«Nigel est un dingue des mots», explique John Baird, secrétaire du club de Scrabble de la ville de Christchurch, dans le sud de la Nouvelle-Zélande où Richards s'est lancé dans la compétition il y a une vingtaine d'années.

«Il est déjà reconnu comme le meilleur joueur de Scrabble du monde, sa position va se conforter» avec le championnat francophone, dit-il.

Un homme réservé

Ingénieur de formation, Richards aurait commencé à jouer au Scrabble à l'âge de 28 ans à la demande de sa mère qui enrageait de se faire battre à plate couture aux jeux de cartes par son fils et sa phénoménale mémoire visuelle.

Las, le fils se révéla tout aussi redoutable au jeu de lettres. «Nigel regarde une page et ça lui suffit, il retient tout, c'est imprimé comme une photo», raconte John Baird à l'AFP.

«En plus de cela, il a une grande capacité à mélanger les lettres et voir les possibilités de mots», ajoute-t-il. En fait de golfeur, lui le rapprocherait plutôt des maîtres d'échec.

Homme de mots, Nigel Richards n'est pas en apparence un homme de l'être: réservé, l'air parfois étrange, presque absent, il refuse les interviews et ne s'épanche jamais sur sa vie privée.

Installé depuis 2000 en Malaisie où il aurait travaillé pour une société informatique, il serait célibataire et vivrait une vie monacale au gré des tournois dans le monde entier. Le vélo (bicyclettes rapporte 26 points) serait son seul passe-temps (21 points).

Nigel Richards sera encore cette semaine en Belgique pour d'autres compétitions, dont les épreuves dites «duplicate», où tous les joueurs doivent composer avec les mêmes lettres au départ, contrairement à une partie classique où chacun a son propre jeu.

Le jeu du Scrabble, auquel s'adonne régulièrement la famille Obama, a été créé pendant la crise de 1929 par un architecte américain au chômage, Alfred Mosher Butts.

C'est en 1948 qu'il le renomme Scrabble et y attribue les règles que l'on connaît aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer