100 000 $ de pourboire posthume pour deux restauratrices

La propriétaire du Donohue's Steak House, Maureen Donohue-Peters.... (Photo: AFP)

Agrandir

La propriétaire du Donohue's Steak House, Maureen Donohue-Peters.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Pendant plus de 50 ans, un riche collectionneur américain d'art asiatique a pris ses repas midi et soir au même restaurant new yorkais. Décédé en août, il a légué 100 000 dollars à la propriétaire et sa nièce.

«J'ai dit "Oh, mon Dieu!" Je n'espérais rien. C'était un homme très généreux, qui était gentil avec tout le monde», a raconté à l'AFP Maureen Donohue-Peters, 53 ans, aux commandes du Donohue's Steak House dans le quartier huppé de l'Upper east side à Manhattan.

Elle avait reçu un appel de l'avocat de Robert Ellsworth, décédé en août l'an dernier à 85 ans, lui disant qu'il lui avait laissé «quelque chose» dans son testament: 100 000 dollars pour elle et sa nièce, Maureen Barrie, 28 ans, qui travaille au restaurant familial le soir.

M. Ellsworth était un collectionneur et marchand d'art asiatique connu --il était surnommé «Le roi du Ming» pour ses vastes connaissances sur cette dynastie-- dont la fortune est estimée à 200 millions de dollars et qui possédait un appartement de 20 pièces sur la prestigieuse 5e avenue, selon le journal New York Post.

«Je l'ai connu toute ma vie, 53 ans. Il a été client ici pendant 54, 58 ans. Toujours souriant. Il commandait toujours la même chose à manger et la même boisson», a expliqué Maureen, dont le père Mike avait ouvert ce restaurant dans les années 1950 et dont elle a hérité à sa mort en 2000.

Pendant plus d'un demi-siècle, lorsqu'il était à New York, Ellsworth a dégusté croque-monsieur sans jambon le midi et un steak le soir, toujours arrosé de bourbon Jim Beam.

Donohue's steak House est un restaurant typique new yorkais qui semble arrêté dans le temps, avec ses persiennes fermées ne laissant filtrer que peu de lumière, des murs recouverts de bois, un grand bar et une salle toute en simplicité ornementée de tableaux marins.

En 1986, le collectionneur avait donné 480 tableaux d'artistes asiatiques au Metropolitan Museum de New York, d'une valeur estimée à 22 millions de dollars, selon la presse locale.

«Bobby» était un autodidacte qui n'avait pas terminé le lycée, selon la nécrologie publiée dans le New York Times après son décès le 3 août à la suite d'une chute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer