Le Liberland, paradis fiscal de 7 km2 autoproclamé

«L'idée de base est que les impôts soient... (Photo AFP)

Agrandir

«L'idée de base est que les impôts soient facultatifs, pour réduire le rôle de l'État au minimum, pour faire l'État aussi petit que possible», a expliqué à l'AFP Vit Jedlicka, 31 ans, qui s'est autoproclamé premier président du Liberland.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PRAGUE

Un Tchèque a réalisé son rêve et proclamé un nouvel État, le Liberland, sur un terrain boisé de sept kilomètres carré entre la Serbie et la Croatie, où, précise-t-il, la fiscalité sur le revenu ne sera pas obligatoire.

La République libre de Liberland, qui selon sa page web officielle a pour devise «Zit a nechat zit», ce qui en tchèque signifie «Vivre et laissez vivre», vise la création d'une «société où les honnêtes citoyens peuvent prospérer sans lois, règlements ni impôts d'État inefficaces et contraignants».

«L'idée de base est que les impôts soient facultatifs, pour réduire le rôle de l'État au minimum, pour faire l'État aussi petit que possible», a expliqué à l'AFP Vit Jedlicka, 31 ans, qui s'est autoproclamé premier président du Liberland.

Membre du petit Parti de Citoyens libres (droite) M. Jedlicka dit avoir déjà reçu 250 000 demandes de citoyenneté venues du monde entier, et espère en recevoir rapidement un million.

Pour être accepté, il faut «respecter son prochain et ses opinions ainsi que la propriété privée». Les communistes, néo-nazis «et autres extrémistes» n'y seront pas admis.

Le petit «État» s'étend sur sept kilomètres carrés de terrains boisés entre la Serbie et la Croatie, au bord du Danube à 45°46'00.0»N de latitude et 18°52'00.0»E de longitude, selon son site web officiel (http://liberland.org). Sa capitale s'appelle Liberpolis.

«La Croatie affirme que le territoire appartient à la Serbie mais la Serbie n'en veut pas, une situation qui dure déjà 24 ans», depuis les guerres de Yougoslavie après la dissolution de l'ex-Yougoslavie, selon M. Jedlicka.

Le «pays», qui a vu le jour le 13 avril, est une république constitutionnelle et une démocratie directe qui veut instaurer la libre circulation de biens et de personnes, a précisé son président autoproclamé.

L'intérêt est énorme, selon lui : sa page Facebook compterait près d'une centaine de milliers de mentions «j'aime».

Un article lui est consacré dans plusieurs langues dans l'encyclopédie en ligne Wikipédia.

Ses deux langues officielles sont le tchèque et l'anglais et son drapeau représente un soleil et un oiseau sur un fond jaune barré d'un trait noir.

Samedi, le drapeau du Liberland, qui flottait sur le territoire, a été volé. L'Etat a donc fait appel aux dons. «200 dollars suffiraient pour que de nouveaux drapeaux puissent être déployés partout où vous voudrez», a écrit M. Jedlicka sur Facebook.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer