Un confiseur bulgare invente le bonbon déodorant

À en croire Ventsislav Peychev, son «Deo Perfume... (Photo Nikolay Doychinov, AFP)

Agrandir

À en croire Ventsislav Peychev, son «Deo Perfume Candy» neutraliserait les odeurs corporelles et les remplacerait par un délicat parfum de rose.

Photo Nikolay Doychinov, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Asenovgrad, Bulgarie

Plus fort que le bonbon en aérosol connu des enfants, voici... le déodorant sous forme de bonbon. C'est le pari que lance un petit confiseur bulgare, dont l'innovation s'est lancée à la conquête du monde.

À en croire Ventsislav Peychev, son «Deo Perfume Candy» neutraliserait les odeurs corporelles et les remplacerait par un délicat parfum de rose pendant une durée allant jusqu'à six heures, en fonction du poids du consommateur et du nombre de bonbons avalés.

Le fabricant s'est inspiré des travaux de scientifiques japonais qui ont démontré que le géraniol, l'un des composants de l'huile de rose, n'était pas décomposé par la digestion et était directement secrété par la peau.

Le géraniol, résume-t-il, a le même effet que l'ail - à la différence que l'odeur qu'il donne à la peau est jugée plaisante.

L'idée n'est pas neuve, mais la société Alpi est la seule à l'exploiter, après l'arrêt de la fabrication d'une gomme à mâcher japonaise basé sur le même principe, mais qui n'a jamais eu beaucoup de succès.

La petite usine d'Asenovgrad a commencé en 2011 à produire ses premiers bonbons parfumés à l'huile de rose, essence dont la Bulgarie est grande productrice.

La société, qui a depuis décliné sa production en plusieurs variantes, avec notamment des bonbons mous ou sans sucre, veut désormais s'imposer à l'export, indique M. Peychev. Un bonbon parfumé à l'huile essentielle de lavande a d'ailleurs été développé en vue d'attirer la clientèle masculine.

Une journaliste de l'AFP a avalé plusieurs bonbons. Il en a résulté une odeur agréable, sans toutefois qu'il ait pu être déterminé avec certitude si elle émanait de sa peau... ou bien de son haleine.

Le fait de sentir des odeurs secrétées par la peau «dépend de la concentration de ces odeurs, et aussi de la présence d'autres odeurs, telles que la transpiration par exemple», explique à l'AFP le professeur de biotechnologies Tim Jacob, de l'université de Cardiff au Pays de Galles.

Le Deo Perfume Candy a été primé dans un salon d'inventeurs à Genève en 2011, puis au Mondial de l'alimentation en octobre à Paris. Il est sur le point d'entrer sur le marché français, après avoir été déjà distribué aux États-Unis et dans d'autres pays européens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer