L'orang-outan ne voulait pas se séparer de sa peluche

Un orang-outan en cage, en transit dans un aéroport parisien, n'a pas voulu se... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Paris

Un orang-outan en cage, en transit dans un aéroport parisien, n'a pas voulu se séparer de sa peluche lors d'un contrôle en fret, obligeant les services de sécurité à le passer par deux fois au rayon X, a-t-on appris vendredi de source policière.

À l'arrivée de l'animal, qui devait être acheminé au Chili, les agents de sécurité de l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle ont tenté de contrôler la doudou du grand singe, une peluche qu'il conservait sur lui, «pour savoir s'il ne contenait rien d'illégal», selon cette source.

Mais le primate, «assez imposant», n'a jamais voulu lâcher sa peluche, nécessitant l'intervention de nombreuses personnes, «qui ne sont pas parvenues à lui faire lâcher son jouet». «Il a failli tout casser dès qu'on a tenté de lui enlever sa peluche», a expliqué la source.

Finalement, après deux passages au rayon X, l'orang-outan a été autorisé à partir.

Reconnaissable à son pelage roux, l'orang-outan («homme de la forêt» en malais), qui vit une trentaine d'années à l'état sauvage et une dizaine d'années de plus en captivité, pèse 100 kg et mesure 1,40 mètre à l'âge adulte.

Il figure sur la liste rouge des espèces en danger de l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer