Cachez ce sexe du billet de 100 roubles

Un billet de 100 roubles.... (Photo Alexander Nemenov, AFP)

Agrandir

Un billet de 100 roubles.

Photo Alexander Nemenov, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Moscou

Un député ultra-nationaliste russe s'indigne du sexe d'Apollon visible sur le billet de 100 roubles, qui reproduit le symbole du théâtre Bolchoï de Moscou, et demande de le modifier au nom de la défense des enfants contre la pornographie.

«Un musée c'est un musée, mais les dieux nus sur les billets, cela n'a aucun sens, ils ne doivent pas y avoir leur place», a expliqué mardi à l'AFP le député Roman Khoudiakov du parti LDPR dirigé par l'ultra-nationaliste Vladimir Jirinovski.

L'élu a écrit à la banque centrale pour demander que soit modifié le billet de 100 roubles (3,12 $): le dieu grec des arts sur son quadrige, installé sur le fronton du célèbre théâtre moscovite Bolchoï, y figure avec les parties intimes dépassant d'une courte tunique.

Après la récente restauration du théâtre, Apollon, oeuvre du sculpteur pétersbourgeois Piotr Clodt, a récupéré une feuille de vigne qui dans le passé cachait le sexe de la divinité. Mais le billet reproduit l'image précédente d'Apollon.

«À l'école où j'attendais mon fils, deux élèves de près de 10 ans chacun examinaient en ricanant un billet de 100 roubles», a expliqué M. Khoudiakov. «C'est un comportement incorrect. Nous devons protéger nos enfants d'informations de ce genre, de la pornographie», a ajouté le député, père de quatre enfants.

«Contrairement aux musées, les enfants voient les billets de 100 roubles tous les jours», a commenté de son côté Iouri Ryjov, porte-parole du groupe parlementaire de M. Khoudiakov à la Douma, la chambre basse du Parlement.

Les projets de lois controversées, voire absurdes - de l'interdiction de fumer pour les femmes de moins de 40 ans à des amendes en cas d'emploi de mots étrangers -, se multiplient au Parlement russe, laissant beaucoup de Russes perplexes.

Mi-juin, un député du parti de centre gauche Russie Juste, Oleg Mikheïev, a voulu imposer aux fabricants de chaussures une taille maximale pour la hauteur des talons, mais aussi pour interdire les chaussures plates.

En février, une norme douanière a abouti à l'interdiction des petites culottes en dentelle synthétique, «dangereux pour la santé».

Certaines lois particulièrement controversées, interdisant par exemple les mots obscènes dans les salles de spectacle, ont d'ores et déjà été entérinées.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer