Deux artistes passeront 10 jours dans une roue de hamster

Les artistes de New York Ward Shelley et... (Photo Bebeto Matthews, AP)

Agrandir

Les artistes de New York Ward Shelley et Alex Schweder vivront, mangeront et dormiront sur la structure de 25 pieds (7,6 mètres) faite de bois et de métal. Ils souhaitent ainsi illustrer le fait qu'il faut toujours travailler ensemble pour traverser le quotidien.

Photo Bebeto Matthews, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Associated Press
New York

Deux artistes de New York tenteront une expérience centrée sur la confiance et la collaboration alors qu'ils passeront 10 jours perchés sur une roue de hamster géante.

Ward Shelley et Alex Schweder vivront, mangeront et dormiront sur la structure de 25 pieds (7,6 mètres) faite de bois et de métal. Ils souhaitent ainsi illustrer le fait qu'il faut toujours travailler ensemble pour traverser le quotidien.

Les deux hamsters humains devront réfléchir à chacun de leurs mouvements. Un seul faux pas et ils risquent de tomber de haut. Chaque artiste est perché d'un côté opposé de la roue, à 180 degrés l'un de l'autre. Ils doivent coordonner chacun de leurs gestes: si l'un d'eux marche, l'autre doit marcher dans l'autre direction. Si l'un arrête, l'autre doit arrêter également.

La performance, intitulée In Orbit, sera présentée jusqu'à dimanche dans une galerie du secteur Williamsburg de Brooklyn.

La roue, que les deux artistes ont construite eux-mêmes, a une circonférence de 60 pieds (un peu plus de 18 mètres). On y retrouve tout ce dont Shelley et Schweder auront besoin: des lits étroits, des bureaux, un réfrigérateur, une cuisine de base et une toilette chimique (avec un panneau pour protéger leur intimité), le tout cloué à la structure.

Les deux participants sont également protégés par un harnais.

«Nous vivons dans une grande roue qui est, essentiellement, un appartement avec deux chambres», a expliqué Schweder.

«Dormir est devenu une sorte de refuge, a ajouté son collègue. Il y a une pression psychologique, lorsqu'on est dans cette chose, donc quand on arrive à dormir, c'est facile de rester dans cet état.»

Les deux hommes ont confié qu'ils savaient dès le départ que l'expérience serait difficile et qu'ils essaient de demeurer forts mentalement, jusqu'à ce qu'ils puissent retrouver la terre ferme.

«Dix jours est un nombre que l'on peut garder en tête pour faire le décompte, a ajouté Shelley. C'est comme lorsqu'on se fait mettre en punition dans le coin quand on est enfant.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer