Singe perdu: sa «mère» ignorait qu'elle le donnait en signant un formulaire

La femme qui se définit comme étant «la mère» d'un petit singe égaré dans le... (Photo Daniel Naupold, Agence France-Presse)

Agrandir

Photo Daniel Naupold, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Oshawa

La femme qui se définit comme étant «la mère» d'un petit singe égaré dans le stationnement d'un magasin à grande surface en Ontario, en décembre dernier, affirme ne pas s'être rendu compte qu'elle renonçait à la garde de son animal de compagnie en signant le formulaire d'un service de protection des animaux.

Yasmin Nakhuda a sangloté vendredi à la barre des témoins, décrivant qu'elle ne pensait pas avoir d'autres choix que de signer le document, car elle croyait que cela permettrait au refuge de procéder à des tests médicaux sur le singe Darwin.

Le représentant du service de protection des animaux de Toronto lui aurait dit qu'elle devait signer le formulaire de renonciation pour avoir le droit de revoir l'animal.

Mme Nakhuda, une avocate en droit immobilier, n'a pas revu Darwin depuis ce jour, et poursuit le refuge Story Book Farm Primate Sanctuary dans une tentative de le récupérer. Elle soutient avoir été piégée en signant ce formulaire et a intenté une poursuite pour recouvrement d'un bien personnel.

Un agent du service de protection des animaux lui aurait dit qu'elle risquait de faire face à des accusations criminelles et que si elle refusait de signer, la situation pourrait s'aggraver, a déclaré Mme Nakhuda.

Plus tard en journée vendredi, un superviseur du service a toutefois déclaré que son organisation n'aurait pas eu le pouvoir nécessaire pour détenir l'animal.

Carl Bandow a affirmé qu'il n'existait aucun règlement municipal qui aurait pu permettre au service de garder le singe après que sa propriétaire se soit présentée pour le réclamer.

Il a dit avoir demandé à l'agent qui traitait le dossier de vérifier avec Mme Nakhuda si celle-ci accepterait de renoncer de son plein gré à son animal de compagnie.

Le service de protection des animaux de Toronto avait recueilli Darwin en décembre dernier alors que le petit singe déambulait dans le stationnement d'un magasin Ikea, dans la métropole. L'animal, qui portait un petit manteau en peau de mouton artificielle, avait ensuite été confié à un refuge à Sunderland, en Ontario.

L'affaire a suscité un grand intérêt médiatique, tant et si bien que les autorités avaient opté pour une salle de cour plus grande avant l'ouverture du procès, jeudi à Oshawa. Des dizaines de représentants des médias, de même que des partisans de Mme Nakhuda et du refuge, se sont présentés pour assister aux procédures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer