Un Polynésien veut relier les Marquises en pirogue depuis la France

Ismaël Patu-Huukena sur sa pirogue à voile Te hono.... (PHOTO GAIKZA IROZ, AFP)

Agrandir

Ismaël Patu-Huukena sur sa pirogue à voile Te hono.

PHOTO GAIKZA IROZ, AFP

Agence France-Presse
BAYONNE

Un Polynésien a quitté dimanche après-midi le port français de Bayonne, d'où il entend relier les îles Marquises, avec un compagnon d'aventure surfeur et cuisinier, en traversant l'Atlantique puis le Pacifique en pirogue à voile, en quatre mois, a-t-il annoncé à l'AFP.

«Je suis calme, zen, notre première étape sera Madère», une île portugaise au large des côtes marocaines, a indiqué par téléphone l'aventurier de 41 ans, Ismaël Patu-Huukena, après avoir prié et invoqué les Dieux pour qu'ils l'accompagnent.

S'il réussit, l'Atlantique, puis le Pacifique, après la traversée du canal de Panama, l'attendent: quatre mois passant par l'Espagne, le Portugal, la Guadeloupe, le Venezuela, la Colombie, le Panama, l'archipel des Galapagos (Équateur) puis 25 longues journées pour atteindre les Marquises, ses îles natales, à 22 700 km de Bayonne. Et ils ne donneront des nouvelles à leurs amis que lors des escales.

Ismaël Patu-Huukena, ex-agent de sécurité qui avait quitté les Marquises où il est né pour la France il y a 18 ans, est parti de Bayonne, dans le sud-ouest de la France, en empruntant le canal de l'Adour par marée basse, en compagnie d'Olivier Guigue, peu après 17 h 30.

«Je rentre en pirogue comme mes ancêtres, je veux montrer à ma famille que je n'ai pas oublié nos traditions», expliquait il y a quelques jours à l'AFP l'homme au visage et au corps tatoués et à la longue tresse noire striée de quelques cheveux blancs.

Ismaël Patu-Huukena préparait son embarcation depuis presque un an et demi et a reçu pour son périple le soutien d'une dizaine d'entrepreneurs locaux.

Longue de 12,5 m et armée d'un mât de 10 m, sa pirogue dispose d'une coque décorée d'une baleine à laquelle sont amarrés deux flotteurs. L'un d'entre eux est immergé et transporte les vivres, l'essence et tous les matériaux à protéger.

À l'intérieur, une cabine rudimentaire de 4 mètres de long contient trois couchages, une cuisine et la croix de Jésus-Christ, bien en évidence.

Pour traverser les océans sans se perdre, les deux aventuriers comptent s'aider simplement d'un GPS, d'un compas et d'une boussole et... regarder les étoiles.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer