Le prince Charles nie exiger sept oeufs durs au déjeuner

Le prince Charles... (Photo: AP)

Agrandir

Le prince Charles

Photo: AP

Partager

Agence France-Presse
Londres

Non, le prince Charles n'exige pas qu'on lui présente sept oeufs durs au petit déjeuner, pour en manger un seul à son goût: le démenti catégorique a été mis en ligne mardi sur le site officiel rénové de l'héritier au trône d'Angleterre, à la veille de son 64e anniversaire.

La bizarre mise au point figure sous un onglet dédié aux 26 questions les plus posées à propos du prince et de son épouse Camilla, un exercice entrepris par le palais de Clarence House pour tordre le cou à certains mythes et asseoir certaines vérités.

Q: «Est-il exact que le prince de Galles exige qu'on lui prépare sept oeufs durs pour son petit déjeuner, mais qu'il n'en mange qu'un, comme l'affirme Jeremy Paxman dans son livre sur la monarchie?»

R: «Non, c'est faux il ne le fait pas et ne l'a jamais fait, que ce soit au petit déjeuner ou à n'importe quelle heure de la journée».

Paxman, journaliste-vedette de la BBC, s'était prévalu d'une confidence d'un ami du prince pour dévoiler en 2006 «l'affaire des sept oeufs». Il précisait dans son ouvrage que le futur roi, de retour de la chasse, entendait ainsi s'offrir la possibilité de déguster le jaune le plus adapté à son palais.

D'autres vérités plus sérieuses concernant Charles, qui a longtemps souffert d'un déficit de popularité, sont abordées à l'adresse www.princeofwales.gov.uk.

Au fil des questions-réponses, l'internaute apprend qu'il est faux que le couple princier dispose d'un nombre pléthorique de serviteurs. Ils sont en tout et pour tout 161.

Faux également qu'aucun architecte moderne ne trouve grâce à ses yeux.

Charles n'est pas davantage adepte de médecines homéopathiques non homologuées.

Il ne s'ingère pas indûment dans les affaires du gouvernement.

La majorité de ses activités et celles de ses enfants les princes William et Harry, sont financées par le revenus du duché de Cornouailles. Lequel produit notamment toute une palette de produits biologiques.

Le prince Charles paye des impôts et les déplacements officiels qu'il effectue en son nom propre ou au nom de la reine ne sont pas dispendieux et répondent à des impératifs partagés par le gouvernement.

Il veille à limiter son empreinte carbone. Et quand il emprunte la Bentley goulue en carburant de sa mère, Elizabeth II, c'est pour obéir à des exigences de sécurité. Ses propres véhicules roulent au biocarburant.

Nombre d'interrogations portent sur Camilla, sa maîtresse de longue date devenue sa seconde épouse en 2005, après la mort accidentelle de la princesse Diana, dont il était divorcé.

Non, Camilla ne deviendra pas reine, mais princesse consort, le jour où lui-même accédera au trône d'Angleterre, à la faveur d'une cérémonie dont il n'entend pas discuter du vivant de sa mère, âgée de 86 ans.

En revanche, c'est oui: Camilla a bel et bien arrêté de fumer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer