Source ID:; App Source:

Crise politique à Longueuil: échec des discussions

Des négociations ont été entreprises entre l'opposition qui... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Des négociations ont été entreprises entre l'opposition qui est majoritaire et l'équipe de la mairesse le mois dernier.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

À une semaine de la prochaine assemblée du conseil municipal de Longueuil, les deux partis d'opposition constatent l'échec des discussions pour tenter de résorber la crise politique et dénoncent l'«entêtement» de la mairesse Sylvie Parent.

Des négociations ont été entreprises entre l'opposition qui est majoritaire et l'équipe de la mairesse le mois dernier. De part et d'autre, on disait être à la recherche d'un terrain d'entente concernant les commissions locales qui avaient été suspendues par la mairesse; depuis juin, l'état d'esprit était plutôt à la bataille politique. Tout est revenu au point de départ après avoir échangé proposition et contre-proposition.

C'est un «véritable déni démocratique visant à museler les élus des oppositions dans leur travail», estiment le chef de Longueuil Citoyen, Xavier Léger, et Robert Myles d'Option Longueuil. «Ça va nulle part !», laisse tomber M. Léger. 

Ce qui enflamme les élus de la majorité, c'est l'exigence de la mairesse que son équipe détienne la moitié des sièges aux commissions du conseil et que la présidence soit assurée en alternance par des élus des deux côtés de l'assemblée. «Les commissions sont la seule tribune pour un élu qui n'est pas au comité exécutif de faire valoir son point de vue dans des dossiers de fond. On ne peut pas exercer l'influence qu'on veut et qu'on est en droit d'exercer», explique l'attaché de presse de Longueuil Citoyen, Francis Dubreuil.

Pour M. Myles d'Option Longueuil, il n'est pas question de se laisser «réduire au silence par la soif de pouvoir d'une mairesse minoritaire».

C'est en juin dernier que Mme Parent et son comité exécutif ont choisi de suspendre les commissions locales, prétextant que les mandats devaient être clarifiés, les travaux mieux encadrés, leur composition revue et les frais réduits. L'opposition interprétait alors le geste comme une façon de nier les résultats électoraux puisque les citoyens ont choisi de faire confiance majoritairement aux élus du parti Longueuil Citoyen (8 élus) et Option Longueuil (1 élu) contre les six d'Action Longueuil (parti de la mairesse). 

Pour l'instant, l'opposition ne précise pas ses intentions quant à la suite des choses ; l'assemblée du conseil municipal y est habituellement houleuse.

Du côté du cabinet de Sylvie Parent, on assure que «la mairesse reste ouverte à discuter».




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer