Source ID:; App Source:

Montréal: 40 chiens dénoncés depuis deux semaines

Sur les 40 dénonciations reçues depuis le 23... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Sur les 40 dénonciations reçues depuis le 23 août, la Ville de Montréal dit être intervenue en 24 heures dans tous les cas.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

La Ville de Montréal a reçu depuis deux semaines 40 plaintes de citoyens inquiets du comportement d'un chien dans leur voisinage, dont quatre bêtes se sont fait imposer des conditions de garde. La mise en place d'un registre a permis de recenser 49 chiens «potentiellement dangereux» jusqu'à présent.

Critiquée depuis l'adoption de son nouveau règlement sur la gestion animalière, la métropole a de nouveau défendu ses nouvelles règles en vantant son efficacité pour faire face aux chiens dangereux. Alors que l'ancien règlement se limitait à interdire les pitbulls et sévissait en cas de morsure, le nouveau se concentre sur la dangerosité générale des animaux.

Ainsi, depuis le 23 août, 40 Montréalais ont pu appeler au 311 pour dénoncer un animal de leur voisinage. Dans un cas, une plaignante a dénoncé un animal qui avait chargé une femme l'an dernier, sans la mordre. Une plainte avait été formulée à la police, mais comme la femme avait simplement projeté au sol, la Ville n'avait pu intervenir auprès du propriétaire.

En vertu du nouveau règlement, le propriétaire du chien s'est maintenant fait imposer des conditions de garde. Son animal devra subir une évaluation de sa dangerosité. Si son comportement peut être corrigé, ses conditions de garde seront maintenues en attendant, mais s'il est bel et bien jugé dangereux, il devra être euthanasié.

Sur les 40 dénonciations reçues depuis le 23 août, la Ville de Montréal dit être intervenue en 24 heures dans tous les cas. Douze plaintes ont été jugées non fondées, tandis que 14 dossiers ont été fermés après une visite d'un agent de prévention. Six propriétaires n'ont pu être visités, leur propriétaire n'ayant pu être joint. Quatre chiens ont été jugés suffisamment inquiétants pour se voir imposer des conditions de garde, comme une muselière et le port d'une courte laisse.

Montréal dit avoir une bonne collaboration des propriétaires dans la majorité des cas. «Un ou deux» se sont montrés réticents, «les propriétaires se sentent menacés lorsqu'ils font l'objet d'une plainte», a indiqué Guylaine Brisson, directrice du service de la concertation des arrondissements.

La semaine dernière, Montréal a par ailleurs demandé l'euthanasie de deux chiens ayant mordu un autre animal et infligé des blessures mortelles. Dans les deux cas, les arrondissements ont fait évaluer les animaux et jugé qu'ils étaient trop dangereux, d'où la décision de les euthanasier.

La Ville est à mettre en place son registre des chiens dangereux, en compilant les rapports d'incidents survenus ces dernières années. Déjà, 49 bêtes «potentiellement dangereuses» ont été recensées dans 9 arrondissements. Leur propriétaire est tenu d'installer une affiche devant sa maison pour aviser le voisinage du danger. L'animal doit être muni d'une muselière et tenu par une laisse plus courte.

Montréal compte présentement six agents de prévention, qui travaillent 7 jours par semaine. Quatre préposés patrouillent dans les parcs pour veiller au respect des règles.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer