Source ID:33d09cfc-290f-47bc-b48a-32a9d30a325b; App Source:alfamedia

Les bouchées doubles contre les nids-de-poule

L'administration Plante doit accorder aujourd'hui un contrat de... (Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

L'administration Plante doit accorder aujourd'hui un contrat de 22,7 millions à une entreprise afin d'assurer le colmatage des nids-de-poule pour les trois prochaines années.

Photo Edouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Plus d'appareils pour colmater les nids-de-poule. Délai de 24 heures pour faire disparaître les trous. Entrepreneur payé selon la quantité d'asphalte utilisée plutôt qu'à l'heure. La Ville de Montréal révise sa stratégie pour améliorer l'état de ses chaussées en fin de vie.

Pour colmater les trous, Montréal optera pour un... (PHoto Ivanoh Demers, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Pour colmater les trous, Montréal optera pour un mélange bitumineux tiède dans lequel des fibres sont ajoutées afin de renforcer la réparation.

PHoto Ivanoh Demers, archives La Presse

L'entreprise Environnement routier NRJ aura désormais 24 heures pour... (PHOTO ALAIN ROBERGE, archives LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

L'entreprise Environnement routier NRJ aura désormais 24 heures pour réparer les nids-de-poule à Montréal.

PHOTO ALAIN ROBERGE, archives LA PRESSE

Contrat de 22,7 millions 

L'administration Plante doit accorder aujourd'hui un contrat de 22,7 millions à une entreprise afin d'assurer le colmatage des nids-de-poule pour les trois prochaines années. Environnement routier NRJ devra ainsi fournir 12 appareils jusqu'à la fin de 2021 afin de réparer mécaniquement les trous apparaissant dans la chaussée des principales rues de la métropole, soit sur environ 2000 km d'artères. Il s'agit de deux véhicules de plus que dans le précédent contrat. Ils viendront s'ajouter aux quatre que la Ville de Montréal possède également. Leur mandat sera de se concentrer sur les chaussées les plus en mauvais état de la métropole. Depuis le début de 2018, ce type d'appareil a colmaté pas moins de 175 000 nids-de-poule, un chiffre qui ne devrait pas diminuer, en raison du manque d'entretien des rues ces dernières décennies.

24 heures top chrono 

La vitesse sera de mise. L'entreprise aura désormais 24 heures pour réparer les nids-de-poule. Son contrat prévoit en effet une amende de 1000 $ par jour de retard à colmater un trou signalé par la Ville. À l'inverse, aucun boni n'est prévu. « Le temps de réaction est vraiment important et on veut s'assurer que le maximum d'effectif est là quand c'est requis », indique Sylvain Ouellet, élu responsable des infrastructures. Le colmatage des nids-de-poule est en effet une tâche délicate, les réparations devant être effectuées par temps sec alors que la température n'est pas trop froide. Or, ces conditions sont rarement réunies en hiver, période féconde en nids-de-poule. « Quand on a une fenêtre, on veut pouvoir faire un blitz », ajoute M. Ouellet.

À la tonne, pas à l'heure 

Autre changement important, l'entreprise sera désormais rémunérée selon le tonnage d'enrobés bitumineux utilisé pour réparer les trous, plutôt qu'à l'heure. Montréal indique que ce changement permettra de s'assurer de payer pour des réparations réellement effectuées et non pour que les appareils circulent alors que des colmatages ne sont pas effectués. D'ailleurs, en plus d'un GPS, les appareils devront désormais être munis d'une balance embarquée afin d'évaluer la quantité d'enrobé utilisée pour chaque trou. « Ça va nous permettre de connaître l'ampleur des nids-de-poule. On va être capables de voir si des tronçons ont de plus gros nids-de-poule, parce qu'on sait que les gros représentent le plus de danger », résume Sylvain Ouellet.

Méthode révisée 

Montréal revoit aussi la façon de colmater les trous. Après avoir expérimenté diverses techniques, la Ville a décidé de ne garder qu'une façon de faire. Elle optera désormais pour un mélange bitumineux tiède dans lequel des fibres sont ajoutées afin de renforcer la réparation. Un type d'appareil de colmatage a aussi été jugé plus efficace.

Suivi des réparations 

Montréal compte aussi suivre de plus près la qualité des opérations de colmatage. La Ville a demandé à ses experts de faire un contrôle qualitatif des opérations. Ils devront veiller à la qualité des matériaux utilisés et suivre la performance des réparations. On vérifiera notamment si l'enrobé bitumineux est posé à la bonne température, ce qui influence grandement sa performance. Chaque réparation est garantie 30 jours. Si un tel délai peut sembler court, Sylvain Ouellet souligne que le colmatage des nids-de-poule est une mesure palliative sur des routes en fin de vie, et non une solution à long terme. Pour prolonger la durée de vie d'une rue, il faut enlever toute la surface de la chaussée pour mettre une nouvelle couche d'asphalte, une opération beaucoup plus longue et onéreuse.

630 000 $ par an 

Chaque appareil utilisé pour colmater des nids-de-poule coûtera environ 630 000 $ par an. Si la facture peut sembler élevée, elle est de 16 % inférieure à ce qu'anticipait la Ville de Montréal. La métropole estimait qu'il lui en coûterait un peu plus de 750 000 $ par an. Trois entreprises ont participé à l'appel d'offres, mais les appareils de l'une d'entre elles ont été jugés non conformes. À noter, un précédent appel d'offres a été annulé en 2017 en raison du prix trop élevé. Le plus bas soumissionnaire à l'époque demandait 26 millions pour l'utilisation de 10 appareils.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer