La première toilette autonettoyante à Montréal inaugurée

C'est une nouveauté à Montréal: 12 toilettes autonettoyantes publiques et gratuites vont être installées dans l'arrondissement de Ville-Marie. La première a été ouverte ce mardi, aux abords du métro Papineau.

Après le passage d'un visiteur dans la toilette autonettoyante, un bras de lavage désinfecte la cuvette et un balai automatisé nettoie le sol. Du jamais vu à Montréal. 

Ce mardi était inaugurée la première toilette du genre, à l'angle des rues Sainte-Catherine Est et Cartier. Ouverte de 6 heures à minuit, elle est nettoyée automatiquement après chaque utilisation.

Elle sera également visitée au moins une fois par jour par un agent d'entretien pour un nettoyage supplémentaire et le remplissage du papier toilette, savon, etc. Pour éviter toute activité illicite - trafic de drogue, prostitution... -, les portes s'ouvrent automatiquement après 15 minutes. 

Au total, la Ville va installer 12 toilettes autonettoyantes sur le territoire de l'arrondissement. Dans les prochaines semaines, deux devraient être mises en service, place Émilie-Gamelin (Sainte-Catherine Est et Berri) et dans le Vieux-Montréal (de la Commune Est et Saint-Gabriel). Deux autres sont prévues dans le bâtiment de la place Sun-Yat-Sen, dans le Quartier chinois, et dans le chalet du parc Walter-Stewart. Quant aux sept autres sites, ils sont à l'étude. Coût de ces équipements ? Plus de 3 millions de dollars. 

Pour les familles, les touristes et les itinérantes

Les organismes Spectre de Rue et Le Sac à Dos, qui soutiennent les personnes marginalisées, sont partenaires du projet. Leurs membres seront sur le terrain. Des équipes de deux se relaieront pendant cinq mois, pour encadrer l'utilisation des toilettes et prendre les commentaires des usagers. Un rapport sera établi après ces mois d'observation.

«Les personnes qui sont en itinérance ne sont pas acceptées dans les commerces et devaient aller dans la rue. Les jeunes enfants qui ne peuvent pas se retenir devaient utiliser un arbre. Maintenant, il y a les toilettes publiques. C'est un besoin, pour les touristes, les familles», estime Julie Roy, intervenante de Spectre de rue et Le Sac à Dos. 

Dans le Quartier chinois, des commerçants se réjouissent de l'arrivée de ce service. C'est le cas de Ken, qui tient une boutique de souvenirs donnant sur la place. «Les touristes essaient d'aller aux toilettes dans les restaurants sans consommer, mais certains leur refusent l'accès, alors ils viennent demander dans la boutique. Et le soir tard, une fois les restaurants fermés, ils n'ont nulle part où aller. Ces toilettes publiques, ce sera mieux pour tout le monde.» 

Des membres de la communauté chinoise mécontents

Mais le déploiement de ces toilettes ne fait pas que des heureux. Des membres de la communauté chinoise ont fait part de leur mécontentement sur l'installation de toilettes place Sun-Yat-Sen. Certains estiment son installation déplacée, la place honorant l'ancien président de la République de Chine, et craignent que les toilettes fassent tache. «Les toilettes vont détruire l'unité du bâtiment et mettre à mal la beauté du pavillon», pense un vendeur, qui préfère rester anonyme. 

La Ville se veut rassurante, précisant que les toilettes seront discrètes. Face aux préoccupations exprimées par la communauté, des rencontres seront organisées avec les représentants de la communauté chinoise.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer