Exclusif

Circuit Gilles-Villeneuve: le coût des travaux grimpe de 48 à 76,2 millions

Selon ce qu'a appris La Presse, le coût... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Selon ce qu'a appris La Presse, le coût des travaux de rénovation du circuit Gilles-Villeneuve ne coûteront pas 48 millions, mais plutôt 76,2 millions.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au rythme actuel, les travaux de rénovation du circuit Gilles-Villeneuve effectués en vertu de l'entente avec la F1 ne coûteront pas 48 millions de dollars, mais au moins 76,2 millions, a appris La Presse. Il s'agit d'un écart de 59 % par rapport à la somme annoncée publiquement par la Ville de Montréal en décembre 2015 pour la construction de nouveaux paddocks pour la F1.

Dans l'entente initiale de 2014, la construction des paddocks devait coûter 32,6 millions, puis le coût a grimpé à 48 millions en décembre 2015. La Ville de Montréal assume 30 millions comme prévu, et le gouvernement du Québec paie les 18 millions supplémentaires. Or, en se basant sur les résultats d'un appel d'offres en cours pour la réfection des paddocks, la facture totale des rénovations au circuit Gilles-Villeneuve en 2017 et 2018 devrait plutôt être d'au moins 76,2 millions, selon des documents publics obtenus par La Presse.

Environ 16 millions de dollars iront à la rénovation de la zone « hospitalité », une zone adjacente aux paddocks qui accueille les bureaux des équipes de F1. Tout comme les paddocks, cette zone doit être rénovée en vertu du contrat des gouvernements avec la F1. Ces trois contrats de 16 millions ont été accordés le 8 novembre dernier lors de la dernière séance du comité exécutif de l'administration Coderre.

Mais le principal poste de dépenses demeure la rénovation et la construction des garages et des paddocks. Cinq entreprises ont soumissionné dans le cadre d'un appel d'offres pour obtenir ce contrat. Le plus bas soumissionnaire a déposé une proposition à 59,9 millions de dollars, tandis que le plus haut est à 69,4 millions. Aucune soumission n'a été acceptée officiellement.

La Ville de Montréal n'a pas encore décidé si elle acceptera le résultat de l'appel d'offres ou si elle procédera à un nouvel appel d'offres pour obtenir un meilleur prix.

« Il faut faire l'évaluation de ce qui a été budgété versus ce qui nous sera présenté [dans les résultats des soumissions]. »

- Marc-André Viau, directeur des communications de la mairesse de Montréal Valérie Plante

L'administration Plante prendra une décision finale en comité exécutif. La Société du parc Jean-Drapeau (SPJD), la société paramunicipale responsable du dossier, analyse actuellement la conformité des offres déposées et soumettra son analyse à la Ville de Montréal cette semaine.

Si la Ville de Montréal accepte la soumission la plus basse à 59,9 millions, la facture totale des rénovations effectuées sur le circuit Gilles-Villeneuve en 2017 et 2018 en vertu de l'entente avec la F1 passera à 76,2 millions de dollars, soit 15,9 millions pour la zone hospitalité et 60,3 millions pour les paddocks (la Ville a déjà accordé deux contrats de services professionnels pour environ 371 000 $ pour les paddocks).

La zone « hospitalité » réservée aux équipes de la F1 et à leurs employés est adjacente aux paddocks et est située « sur une plateforme amovible sur le Bassin olympique », a précisé par courriel la SPJD.

« Les infrastructures de cette extension ont atteint la fin de leur vie utile et auraient dû être remplacées même si les nouveaux paddocks n'avaient pas été rénovés. [....] Les travaux de la zone hospitalité doivent être réalisés impérativement pour l'épreuve de 2018, la structure n'étant plus sécuritaire », indique la SPJD, qui précise que le budget de 15,9 millions pour les travaux dans la zone hospitalité est pris dans le budget de maintien de ses actifs autorisé par la Ville de Montréal.

DES LOGES POUR 5000 SPECTATEURS

Les nouveaux paddocks, qui seront construits de juin 2018 à avril 2019, passeront de deux à trois étages. Le premier niveau accueillera toujours les puits et les garages des écuries de F1. Le deuxième niveau abritera la salle des médias, des salles pour la Fédération internationale de l'automobile (FIA), des salles pour le promoteur de la course ainsi que des loges. Le troisième niveau comprendra les loges du « Paddock Club ». Le nombre de spectateurs dans les loges passera de 1800 à 5000.

La SPJD a aussi accordé en juillet dernier deux autres contrats d'une valeur totale de 371 000 $ pour des services professionnels dans le cadre du projet des nouveaux paddocks. La publication de ces deux contrats a été effectuée le 17 novembre dernier, en même temps que le contrat de 11,7 millions de dollars pour la zone « hospitalité ».

MONTRÉAL TENU DE CONSTRUIRE LES PADDOCKS

Par contrat avec la F1, la Ville de Montréal est tenue de construire les nouveaux paddocks à temps pour la course de juin 2019. Les travaux doivent commencer après l'édition 2018 du Grand Prix et se terminer en avril 2019.

Montréal et Québec évaluent actuellement les résultats de l'appel d'offres. Les cinq soumissionnaires ont proposé respectivement des contrats de 59,9 millions, 62,1 millions, 64,3 millions, 65,9 millions et 69,4 millions.

L'administration Plante et la SPJD précisent que l'appel d'offres comprend les travaux des paddocks, mais aussi d'autres travaux d'infrastructures sur le circuit Gilles-Villeneuve. La SPJD donne trois exemples : « des aqueducs, des égouts et maintien des actifs », a-t-elle indiqué par courriel.

En avril 2017, alors que le parti formait l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Projet Montréal avait dénoncé la hausse des coûts pour la F1. « La surenchère de dépenses pour la F1 est directement liée à l'empressement de Denis Coderre de signer un chèque en blanc aux milliardaires de cette industrie. La question qu'on va devoir se poser est de savoir jusqu'où les contribuables montréalais et les Québécois sont prêts à aller dans ce puits sans fond », avait dit le conseiller de Projet Montréal Alain Vaillancourt en entrevue au Devoir.

QUÉBEC APPELÉ EN RENFORT ?

Le gouvernement du Québec n'a pas voulu indiquer si, comme la dernière fois en 2015, il financera une partie des coûts supplémentaires pour les travaux exigés par la F1 au circuit Gilles-Villeneuve.

« Nous avons connaissance des résultats de l'appel d'offres. Maintenant, l'analyse ne fait que commencer. Nous allons analyser les documents avant de les commenter », dit Patrick Soucy, attaché de presse de la ministre québécoise du Tourisme Julie Boulet.

LES CONTRATS ACCORDÉS

Zone hospitalité

Trois contrats totalisant 15,9 millions

Un contrat de 11,7 millions pour des travaux de construction et de rénovation des infrastructures fixes de la zone hospitalité

Un contrat de 2,2 millions pour des unités de cuisine

Un contrat de 2,0 millions pour l'achat de tentes (incluant le service pour cinq ans)

Paddocks

Un contrat de 109 581 $ pour de la scénographie/multimédia

Un contrat de 261 261 $ pour des services professionnels

Un contrat à être accordé en appel d'offres pour les travaux de construction des paddocks (les soumissions en appel d'offres varient entre 59,9 millions et 69,4 millions).

Retards dans la construction des paddocks

Contrat de 4 millions pour 2 ans au promoteur local du Grand Prix, Groupe de course Octane, afin de couvrir les coûts de montage et démontage des paddocks actuels pour les deux années de retard (2017 et 2018) dans la construction des nouveaux paddocks

EN CHIFFRES

8,1 millions

Retombées fiscales annuelles pour les gouvernements du Grand Prix du Canada. Ce chiffre provient de l'étude de retombées économiques du Grand Prix pour l'année 2015 commandée par Tourisme Québec, Tourisme Montréal et le Groupe de course Octane.

42,4 millions

Retombées économiques annuelles générées par le Grand Prix du Canada (valeur ajoutée au produit intérieur brut du Québec). Ce chiffre provient de l'étude de retombées économiques du Grand Prix pour l'année 2015.

Quelques dates clés

Juin 2014

Les propriétaires de la F1, le gouvernement fédéral, le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal s'entendent pour prolonger le contrat du Grand Prix du Canada de 2015 à 2024. En vertu de cette entente de 10 ans, la Ville de Montréal doit payer pour des nouveaux paddocks, dont le coût est estimé à 32,6 millions de dollars, ainsi que pour une nouvelle zone hospitalité pour les équipes de F1. Les nouveaux paddocks doivent être prêts pour la course de juin 2017.

Décembre 2015

La Ville de Montréal annonce que les nouveaux paddocks coûteront finalement environ 16 millions de plus que prévu, soit 48 millions au lieu de 32,6 millions, en raison des demandes des propriétaires de la F1 et des exigences de la FIA. La Ville de Montréal paiera 30 millions comme prévu au départ, et le gouvernement du Québec couvrira les dépassements de coûts à hauteur de 18 millions.

Octobre 2016

Comme les nouveaux paddocks ne seront pas prêts à temps pour 2017, la Ville de Montréal accorde un contrat de 4 millions sur 2 ans au promoteur local du Grand Prix, Groupe de course Octane, afin de couvrir les coûts de montage et démontage des paddocks actuels pour les deux années de retard.

Novembre 2017

La Ville de Montréal et la SPJD accordent trois contrats totalisant 15,9 millions pour la rénovation de la zone hospitalité du circuit Gilles-Villeneuve à temps pour l'édition 2018 du Grand Prix.

Février et mars 2018

La Ville de Montréal et la SPDJ lancent un appel d'offres pour le contrat principal de réfection des paddocks. Il y a cinq soumissions, de 59,9 millions à 69,4 millions. La Ville de Montréal n'a pas encore décidé si elle accepterait le résultat de l'appel d'offres ou si elle procéderait à un nouvel appel d'offres pour obtenir un meilleur prix.

Juin 2018

Début prévu de la construction des paddocks.

Avril 2019

Fin prévue de la construction des paddocks.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer