L'urine des Montréalais dans la ligne de mire de Statistique Canada

L'analyse des eaux usées pour évaluer la consommation... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

L'analyse des eaux usées pour évaluer la consommation de drogues est une technique qui « a fait ses preuves », assure Viviane Yargeau, professeure en génie chimique à l'Université McGill.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Dans son laboratoire de l'Université McGill, Viviane Yargeau s'apprête à participer à une étude de Statistique Canada afin de suivre à la trace la consommation de drogues au pays. Le projet-pilote qui analysera les eaux usées de six villes, dont Montréal, vise d'abord à évaluer les conséquences de la légalisation du cannabis, mais permettra également de brosser un portrait inédit de la crise des opioïdes qui frappe le pays. Pourquoi les eaux usées ? « L'urine ne ment pas », explique la chercheuse.

La chercheuse Viviane Yargeau de l'Université McGill participera... (Photo Martin Chamberland, La Presse) - image 1.0

Agrandir

La chercheuse Viviane Yargeau de l'Université McGill participera à une analyse des eaux usées de certaines villes, dont Montréal, afin de détecter les drogues excrétées par les consommateurs dans leur urine.

Photo Martin Chamberland, La Presse

« Méthode non traditionnelle »

Alors que le gouvernement s'apprête à légaliser le cannabis à l'été, Statistique Canada s'attèle depuis plusieurs mois à trouver une façon d'évaluer l'ampleur de la consommation de marijuana au pays. La substance étant encore illégale, obtenir des données fiables est difficile par l'entremise de sondages, de nombreux répondants préférant taire leur consommation de la substance. L'agence a ainsi décidé de se tourner vers des « méthodes non traditionnelles », une façon sobre d'indiquer que l'on compte analyser les eaux usées de certaines villes afin de détecter les drogues excrétées par les consommateurs dans leur urine.

Vaste projet-pilote

« C'est un projet-pilote, alors on va commencer avec six municipalités pour voir si les résultats sont fiables. On va faire cela sur plusieurs mois et si on trouve que les résultats sont bons, on va sans doute le déployer dans d'autres municipalités au Canada », explique Tony Peluso, gestionnaire du programme sur le cannabis à Statistique Canada. La liste des six villes qui serviront de banc d'essai n'a pas encore été officiellement annoncée, mais la Ville de Montréal a confirmé à La Presse en faire partie. Les premiers résultats sont attendus dès la mi-avril.

Une technique qui a fait ses preuves

L'analyse des eaux usées pour évaluer la consommation de drogues est une technique utilisée depuis 10 ans par des chercheurs européens, le Groupe central d'analyse des eaux usées (mieux connu sous son acronyme anglais SCORE). Le groupe s'est élargi depuis quelques années pour couvrir un total de 80 villes de 28 pays, dont Montréal et Granby. « La méthode a fait ses preuves », assure Viviane Yargeau, professeure en génie chimique à l'Université McGill. La chercheuse, qui collabore depuis 10 ans à ces travaux européens, est d'autant plus emballée par le projet que « ça ne s'est jamais fait à cette échelle. Statistique Canada est vraiment à l'avant-garde ».

Comment ça marche ?

Pour évaluer la consommation de drogues dans une ville, des échantillons sont prélevés à l'entrée des usines de traitement des eaux usées. Après quelques manipulations, l'eau est passée à travers un filtre spécialement conçu pour retenir les drogues dissoutes. Le produit de cette étape est ensuite mis dans un spectrographe, qui dévoile la quantité des différentes substances présentes. En tenant compte du débit d'eau et de la population, on peut ainsi établir une consommation par personne. Dans le cadre du projet de Statistique Canada, pas moins de 19 substances seront testées, du cannabis au fentanyl, en passant par la cocaïne et le crystal meth.

LISTE DES PRINCIPALES DROGUES DÉTECTÉES

  • Cannabis (THC)
  • Fentanyl
  • Cocaïne
  • Héroïne
  • Ecstasy (MDMA)
  • Crystal meth (métamphétamine)

MONTRÉAL EST METH

Déjà, les eaux usées de Montréal ont été testées à quelques reprises par le SCORE. Des échantillons récoltés en 2014 et 2015 permettent d'ailleurs de constater que la métropole québécoise se démarque par sa forte consommation de métamphétamine, communément appelée crystal meth. La consommation se rapprocherait de celle observée à Seattle, sur la côte ouest américaine (à noter que Vancouver ne fait pas partie des villes testées). À l'inverse, la consommation d'ecstasy serait très faible à Montréal. Fait à souligner, les résultats du SCORE démontrent que les villes néerlandaises (Amsterdam, Utrecht et Eindhoven), où le cannabis est légal depuis de nombreuses années, arrivent en tête de liste pour la consommation de la majorité des drogues dures.

RANG DE MONTRÉAL SUR 80 VILLES DANS LE MONDE

  • Métamphétamine (crystal meth) 4e
  • Cocaïne 18e
  • Amphétamines 54e
  • MDMA (ecstasy) 79e
  • Source : SCORE

PLUS FIABLE QU'UN SONDAGE

L'opération est nettement plus longue que dans les séries policières comme CSI, mais les trois journées que prennent ces démarches demeurent nettement plus courtes que les délais entourant les sondages traditionnellement utilisés pour mesurer la consommation de drogues. Et la technique est plus fiable. « Je suis convaincue que beaucoup de gens ne disent pas qu'ils consomment parce que c'est illégal. Ils vont peut-être dire qu'ils consomment du cannabis après la légalisation, mais ça pourrait justement donner l'impression que plus de gens en consomment qu'avant juste parce que plus de gens seront prêts à le dire. Les eaux usées n'auront pas ce biais parce qu'elles ne changeront pas, que ce soit légal ou pas. L'urine ne ment pas. »

DU FENTANYL DÉTECTÉ À MONTRÉAL DEPUIS 2010

La technique est très précise, explique Mme Yargeau. « Sur une semaine, on est capable de voir les variations dans les drogues prises sur une base régulière, comme la cocaïne, par rapport aux "drogues de party" comme l'ecstasy, pour lesquelles on voit une augmentation les vendredis, samedis et dimanches. C'est assez sensible. » La chercheuse est ainsi convaincue que la technique pourrait permettre de voir une soudaine augmentation dans l'utilisation d'une drogue. En fait, c'est déjà le cas. La professeure Yargeau dit avoir signalé dès 2010 la présence de fentanyl dans les eaux usées de Montréal. « On avait trouvé étrange que le fentanyl, qui avait toujours été sous les limites de détection, devenait soudainement détectable », relate-t-elle.

PRÉVENIR LA CRISE DES OPIOÏDES

Ce volet de l'étude est d'autant plus important qu'une grave crise des opioïdes touche le Canada, particulièrement l'Ouest. En 2016, le Canada a recensé 2861 décès liés à la consommation d'opioïdes, des chiffres qui pourraient gonfler lorsque le Québec aura fini de transmettre l'ensemble de ses données. Des spécialistes canadiens s'attendent de plus à ce que le bilan dépasse les 4000 décès en 2017. Ces substances font également des ravages aux États-Unis, où l'on évalue à 64 000 le nombre de surdoses mortelles en 2016, selon les Centers for Disease Control and Prevention. La professeure Viviane Yargeau est convaincue que l'analyse des eaux usées chaque mois permettra de suivre de près l'évolution de la consommation d'opioïdes à Montréal, où la crise n'a pas encore frappé aussi fort.

PLUSIEURS AVANTAGES

Statistique Canada évalue que l'analyse des eaux usées présente de nombreux avantages. D'abord, la technique est peu coûteuse. Il en coûte 1000 $ par mois, par ville. Ensuite, on assure la confidentialité puisqu'il est impossible de retrouver qui a consommé la drogue détectée, l'urine des Montréalais se trouvant mélangée dans les eaux usées. Ces tests permettront de suivre la consommation de drogues quasiment en temps réel. Une soudaine augmentation des concentrations d'opioïdes, comme le fentanyl, pourrait ainsi être plus rapidement détectée. De plus, les échantillons étant conservés, on pourrait même retourner en arrière pour tester la présence de drogues inconnues à ce jour.

DÉTECTER LE MARCHÉ NOIR

Autre avantage non négligeable qu'entrevoit Statistique Canada : connaître la consommation réelle de cannabis pourrait également permettre de mesurer l'ampleur du marché noir qui demeurera à la suite de sa légalisation. L'agence évalue qu'elle pourra soustraire les ventes de sources légales à la consommation réelle mesurée dans les eaux usées. « Ça pourrait nous donner une idée de l'ampleur du marché noir si, pour une région, on est capable de mesurer la consommation totale versus les ventes », confirme Tony Peluso.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer