Trains de banlieue: près de 500 millions pour améliorer le service

Les usagers du RTM qui ont subi les... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les usagers du RTM qui ont subi les inconvénients des annulations et des multiples retards et autres pépins de service, en janvier et février derniers, obtiendront une compensation sous forme de billets gratuits ou de rabais sur l'achat d'un prochain titre mensuel de transport.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Bruno Bisson
La Presse

Le Réseau de transport métropolitain (RTM) a rendu public mercredi un plan d'action de près de 500 millions sur cinq ans qui vise à améliorer la fiabilité et la ponctualité des services de trains de banlieue, après avoir traversé, cet hiver, une des pires crises de l'histoire de ce réseau de transports collectifs.

Le directeur général du RTM, qui est responsable de ce réseau, Raymond Bachant, a de plus annoncé que les usagers du réseau qui ont subi les inconvénients des annulations et des multiples retards et autres pépins de service, en janvier et février derniers, obtiendront une compensation sous forme de billets gratuits ou de rabais sur l'achat d'un prochain titre mensuel de transport.

Les détails de ce programme de «garantie de service» et les modalités pour pouvoir s'en prévaloir seront connus en avril. Le RTM estime que les compensations aux usagers lui coûteront environ 2 millions cette année. Le programme de garantie sera ensuite implanté de façon permanente, à compter de 2019, afin de fidéliser une clientèle d'environ 80 000 usagers par jour qui a été durement échaudée par la qualité exécrable des services offerts sur le réseau au cours des deux premiers mois de 2018.

Selon le directeur général du RTM, les actions déjà entreprises par cet organisme en marge du plan d'action annoncé mercredi devraient permettre aux usagers de bénéficier durant les prochains hivers «d'une bien meilleure performance que celle qu'on a obtenue» depuis le début de 2018.

M. Bachant a attribué aux «conditions climatiques exceptionnelles» les multiples pannes et retards de service qui ont touché presque toutes les lignes de trains de banlieue en janvier et février.

Les 15 000 usagers quotidiens de la ligne de train la plus importante du réseau, celle de Deux-Montagnes, ont été particulièrement éprouvés par ces pépins de service en raison du mauvais état des voitures automotrices électriques, les MR-90, qui a provoqué des retards en série, particulièrement en périodes de pointe.

Ces voitures, qui ne peuvent rouler que sur la ligne électrifiée de Deux-Montagnes et qui sont utilisées au maximum de leur capacité en période de pointe, sont en grande partie responsables des problèmes de service vécus ces derniers mois. Leur taux de ponctualité a chuté jusqu'à 58% pour une semaine complète de service, alors que le seuil de respectabilité utilisé par la plupart des opérateurs de trains de banlieue en Amérique du Nord se situe à 95%.

Moyen et long terme

La plus grande part des investissements prévus par le RTM sur le réseau de trains de banlieue d'ici 2023 n'aura toutefois pas d'incidence sur la qualité du service à court terme. 

Les locomotives et les nouvelles voitures que le RTM prévoit acquérir, dans les prochaines années, ne seront livrées qu'en 2020 et 2021.

Les investissements importants requis pour les centres de maintenance du réseau permettront quant à eux d'améliorer l'entretien du matériel roulant dans les prochaines années.

Raymond Bachant, directeur général du RTM.... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Raymond Bachant, directeur général du RTM.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

À court terme, le RTM prévoit surtout intervenir sur les infrastructures, comme des ponts ferroviaires de la ligne de Deux-Montagnes. Une centaine d'aiguillages «critiques» ont été ciblés pour accueillir des systèmes électriques chauffants afin d'éviter qu'ils se bloquent les jours de grand froid, de pluie verglaçante ou d'écarts exceptionnels de température. Les voitures MR-90 de la ligne de Deux-Montagnes auront droit quant à elles à des réparations majeures, qui visent à prolonger leur durée de vie pour encore quatre ou cinq ans, au maximum.

La ligne de train de Deux-Montagnes sera complètement remplacée par une antenne du futur Réseau express métropolitain (REM) projetée par la Caisse de dépôt et placement du Québec, d'ici 2023.

Finies les locos bimodes

Le plan d'action du RTM prévoit aussi le remplacement des 20 locomotives bimodes (électrique et diesel) achetées par la défunte Agence métropolitaine de transport (AMT) au coût de 300 millions en 2008 et mises en service à compter de 2011.

Ces locomotives construites par Bombardier ont coûté plus du double d'un engin au diesel conventionnel. Elles avaient été acquises principalement pour rouler sur les lignes de Deux-Montagnes et de Mascouche, et dans l'éventualité d'une électrification des trains de banlieue qui n'a jamais eu lieu.

Avec la mise en service du réseau de train léger de la Caisse de dépôt et placement, le RTM n'aura plus besoin de ces locomotives pouvant rouler à l'électricité, dont l'entretien est aussi beaucoup plus coûteux que celui d'une locomotive ordinaire.

Le directeur général du RTM a indiqué qu'elles seront remplacées par des locomotives diesel «à faible émission de gaz à effet de serre» après la mise en service du REM.

M. Bachant a affirmé que le plan d'action du RTM a été accueilli «positivement» par le ministre des Transports du Québec André Fortin et par la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui finance et supervise tous les services de transports collectifs de la grande région métropolitaine depuis juin 2017.

Les détails du financement de ce plan d'action restent toutefois à peaufiner entre le RTM et ses partenaires.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer