Promesse de gel de taxes: «de l'amateurisme», dit Luc Ferrandez

Luc Ferrandez, au premier conseil municipal de la... (Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Luc Ferrandez, au premier conseil municipal de la mairesse Valérie Plante, le 27 novembre 2017.

Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Projet Montréal a fait preuve « d'amateurisme » en promettant un gel de taxes en campagne, estime le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez. La mairesse a tenu à le corriger en parlant plutôt d'un « manque de prudence ».

Luc Ferrandez, connu pour son franc-parler, réagissait ce matin au micro de Paul Arcand, du 98,5 FM, au sondage Ipsos-La Presse mettant en lumière une forte insatisfaction face au début de mandat de l'administration Plante. « Je pense que Valérie est arrivée [à la mairie] et a fait plusieurs choses qu'elle voulait faire, comme la brigade sur les logements insalubres, les 300 autobus, les logements sociaux. Mais sur la taxe, c'est une balle courbe. C'est une erreur de notre part, il n'aurait jamais fallu promettre ça en campagne électorale. C'était de l'amateurisme », a dit Luc Ferrandez.

Plus tard en matinée, Valérie Plante a tenu à rectifier les propos de son collègue. « Je pense que M. Ferrandez a mal choisi ses mots et on en a discuté ensemble. C'est plutôt qu'on aurait dû être plus prudents en campagne », a-t-elle dit.

Soulignons que Valérie Plante avait promis en campagne non pas un gel, mais de plafonner les hausses de taxes à l'inflation projetée. Or, le budget a décrété des hausses de 3,3 %, en incluant la taxe de l'eau. Les prévisions de l'inflation du Conference Board, seule organisation à en faire pour Montréal, étaient de 2,1 % en septembre, mais ont depuis été révisées à 1,7 %.

La mairesse refuse qu'on accole l'étiquette d'amateurisme à son équipe. « Amateurisme, c'est loin de définir notre administration », a-t-elle dit, soulignant que plusieurs élus siègent à l'hôtel de ville depuis longtemps.

Valérie Plante a expliqué que cette promesse était mal avisée par le fait que l'administration Coderre n'avait pas rendu public l'état réel des finances de la métropole. « On ne savait pas quel serait l'état des finances. Arriver en poste, voir qu'il y a un écart de 358 millions, c'est 7 % du budget, ça amène à faire des choix difficiles », a-t-elle souligné. Pour éviter un épisode similaire aux prochaines élections, en 2021, la vérificatrice générale va dorénavant vérifier les livres.

Reste que le maire du Plateau a dit être « surpris, mais pas inquiet » d'un tel ressac, qu'il a également attribué en partie à la rapide et soudaine montée en popularité de Valérie Plante. « En campagne, j'étais surpris de voir la vague et là, je suis surpris de ce ressac. Je trouve cela injuste » a ajouté l'élu.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer