Dix ans pour rattraper le retard informatique de la Ville

L'an dernier, une analyse avait évalué que 91%... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'an dernier, une analyse avait évalué que 91% des quelque 600 systèmes informatiques utilisés par la métropole étaient obsolètes.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Utilisant encore des logiciels datant des années 70, la Ville de Montréal évalue qu'il lui faudra 10 ans pour rattraper son retard en informatique.

Les élus de la métropole ont poursuivi hier l'étude détaillée du budget 2018, dont l'adoption est prévue le 24 janvier. Le Service des technologies de l'information (STI) a expliqué devoir continuer à mettre les bouchées doubles pour rattraper son «retard majeur» en informatique.

L'an dernier, une analyse avait en effet évalué que 91% des quelque 600 systèmes utilisés par la métropole étaient obsolètes. Cela va d'un important retard dans les mises à jour à l'utilisation de logiciels datant carrément d'une autre époque. Certains systèmes, notamment ceux utilisés pour la paye des employés, datent des années 70.

Pour rattraper son retard, Montréal prévoit augmenter de 44% en 2018 ses investissements pour moderniser ses logiciels et équipements. Les technologies étant en constante évolution, on estime être en mesure de rattraper le retard «dans un horizon de 10 ans», a expliqué aux élus le directeur du STI, Sylvain Perras. Évidemment, pour y arriver, la Ville devra continuer à investir massivement.

Malgré ces efforts pour moderniser son parc informatique, la Ville précise qu'elle n'arrête pas pour autant de développer de nouveaux services en parallèle.

Pour moderniser son parc informatique, la Ville dit vouloir miser sur les logiciels libres. 

«On n'utilise pas du logiciel libre parce que c'est gratuit. D'ailleurs, ce ne l'est pas, il faut du support. On le prend parce que c'est meilleur dans bien des domaines», affirme M. Perras.

Montréal prévoit ainsi adopter prochainement une politique d'utilisation des logiciels libres. On veut notamment contribuer au développement des logiciels libres en concevant des applications. À cet effet, la métropole compte développer des partenariats avec d'autres villes, principalement du Québec, mais aussi à l'étranger, comme Paris. L'idée est notamment de partager le coût de développement.

Par ailleurs, après de longues et laborieuses démarches, le Service des TI a réussi à embaucher un chef de la sécurité informatique. Celui-ci est entré en poste en novembre pour améliorer la sécurité du réseau de la métropole.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer