Pont Champlain: près de 3000 avis de non-conformité émis

Le chantier du nouveau pont Champlain.... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le chantier du nouveau pont Champlain.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Les constructeurs du nouveau pont Champlain devront corriger les déficiences signalées dans près de 3000 avis de non-conformité délivrés depuis le début des travaux de construction, dont la moitié concernent des pièces de béton et d'acier préusinées, et livrées au chantier malgré des défauts de fabrication.

Selon la firme Signature sur le Saint-Laurent (SSL), responsable de la construction du pont, pas moins de 2500 de ces avis de non-conformité concernent le pont lui-même ou les éléments préfabriqués dont il est composé. Et de ce nombre, précise Daniel Genest, directeur à la coordination chez SSL, «on en a déjà fermé 74%». Il reste donc environ 650 de ces défauts à corriger, à un an de l'ouverture du pont.

Des soudures mal faites ou carrément absentes, des fissures dans une plaque d'acier, du métal poreux, des trous mal alignés pour boulonner les pièces les unes dans les autres. Dans un dossier paru lundi, Le Journal de Montréal a dénombré plus de 2000 défauts relevés par le consortium SSL sur des poutres en acier de 30 mètres de long et sur une entretoise inférieure, une pièce majeure pour la structure du pylône principal du nouveau pont.

Le directeur à la coordination de cet immense chantier de 4 milliards n'a pas nié les révélations du Journal voulant que des poutres-caissons en acier provenant d'un fabricant espagnol, Tecade, présentaient des défectuosités sérieuses quand elles ont été livrées au chantier, à la fin de 2016.

Il assure toutefois que toutes ces déficiences ont été corrigées, et qu'aucune pièce n'a été installée sur le pont si elle ne respectait pas les normes «structuralement acceptables».

82 avis sur les pièces d'acier de tecade

«Au tout début de la fabrication en Espagne, compte tenu qu'on avait un échéancier très exigeant, la haute direction de SSL a fait un choix de permettre la livraison de certaines pièces au chantier même s'il y avait un certain nombre de non-conformités qui n'étaient pas corrigées», dit M. Genest. 

«La décision a été prise de "fermer" les non-conformités [de ces pièces] sur le chantier au lieu de le faire en usine.»

«On était en début de projet, rappelle-t-il, et parce qu'on voulait faire décoller entre autres la construction du pylône principal, dont l'entretoise inférieure, on a été plus flexibles pour faire les réparations sur le chantier, parce qu'on voulait partir des choses. Maintenant, on est moins flexibles.»

Selon M. Genest, l'entretoise et trois des grandes poutres de la travée arrière du pont présentaient «des problématiques plus sérieuses» que les autres pièces livrées par Tecade, le sous-traitant espagnol. Toutes ces problématiques ont été réglées - ou «fermées», comme dit M. Genest - avant que ces éléments de structure soient installés sur le pont.

En tout, les pièces d'acier livrées par Tecade ont donné lieu à 82 avis de non-conformité, selon les données de SSL.

C'est pourtant peu en regard des 3000 avis enregistrés à ce jour, à l'échelle du projet, dont la moitié concernent des éléments préfabriqués en usine.

Une situation «normale»

Même si le nombre de défauts et d'avis de non-conformité peut paraître élevé, le dirigeant de SSL affirme que ces défauts sont «normaux» dans le cadre d'un grand projet comme celui du nouveau pont Champlain, et qu'ils touchent tous les sous-traitants.

M. Genest affirme que des avis de non-conformité ont aussi été délivrés à l'endroit de l'entreprise québécoise Canam et de ses sous-traitants, Marmen et ADF, qui fabriquent les 600 poutres-caissons en acier pour la superstructure du nouveau pont. Le fabricant espagnol Tecade ne serait pas pire qu'un autre, selon les données du consortium.

«Il y a eu une amélioration très importante chez Tecade et les autres sous-traitants depuis le début du projet, assure-t-il. On attribue cela à une courbe d'apprentissage.»

« Il y a eu des problématiques plus aiguës au début. Maintenant, les problèmes sont résorbés.»

«C'est sûr, reconnaît-il, que si on n'avait pas décelé la fissure dans une des poutres de Tecade, et qu'on l'avait installée dans la travée arrière de la section haubanée du pont, ce serait inquiétant. Mais on l'a détectée lors des tests de conformité.»

«On décèle les problèmes, on les enregistre, on trouve la solution et on les corrige», insiste M. Genest.

Le directeur à la coordination indique, de plus, qu'aucune des composantes d'acier fabriquées pour la construction du nouveau pont Champlain n'a été retournée au fabricant depuis le début des travaux.

À ce jour, une seule composante en béton, sur les 360 à fabriquer, a été refusée par les ingénieurs de SSL, assure M. Genest.

***

NOUVEAU PONT CHAMPLAIN

Coût projeté : 4,2 milliards

Échéancier : 1er décembre 2018

3000 : Nombre d'avis de non-conformité relevés à ce jour

2500 : Nombre de ces avis touchant le pont ou ses éléments

500 : Nombre d'avis relatifs aux travaux routiers (autoroute 15)

1/2 : La moitié des cas de non-conformité touchent des éléments préfabriqués du pont.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer