Échangeur Turcot: des tonnes de béton risquaient de s'écraser

Le Ministère a loué le travail du grutier... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Le Ministère a loué le travail du grutier qui a réussi à déposer la masse de plusieurs tonnes sur la structure du nouveau pont, malgré le déséquilibre créé par la rupture du câble. L'incident n'a pas fait de blessés.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a fermé le chantier de démantèlement d'une bretelle de l'ancien échangeur Turcot, hier, afin d'enquêter sur les circonstances d'un accident qui aurait pu avoir des conséquences funestes dans le sud-ouest de Montréal. Une travée de béton de plusieurs tonnes s'est retrouvée en équilibre précaire, entre ciel et terre, lorsqu'un câble d'une grue a cédé sous le fardeau.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a fermé le chantier de démantèlement d'une bretelle de l'ancien échangeur Turcot, hier, afin d'enquêter sur les circonstances d'un accident qui aurait pu avoir des conséquences funestes dans le sud-ouest de Montréal. Une travée de béton de plusieurs tonnes s'est retrouvée en équilibre précaire, entre ciel et terre, lorsqu'un câble d'une grue a cédé sous le fardeau.

QU'EST-CE QUI S'EST PASSÉ ?

Le consortium KPH Turcot, responsable de la construction du nouvel échangeur Turcot, procède actuellement au démantèlement d'une bretelle de l'ancien échangeur entre l'autoroute 15 Nord et l'autoroute 720 Ouest. Cette bretelle a été mise hors service il y a plusieurs semaines, et doit être démantelée pour permettre au consortium de finir la construction du nouveau pont de l'autoroute 15, au-dessus du canal de Lachine. Pour y parvenir, la structure routière surélevée est sciée en sections, qui sont descendues au sol à l'aide d'une grue de 600 tonnes. Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 1 h 15, une section de la travée de béton de plusieurs tonnes a dû être déposée d'urgence sur le nouveau pont du canal de Lachine, afin de prévenir sa chute.

QU'EST-CE QUI A CAUSÉ CET ACCIDENT ?

Selon le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET), l'incident a été causé par la rupture d'un câble d'acier de la grue qui soutenait la section de béton. Le Ministère a loué le travail du grutier qui a réussi à déposer la masse de plusieurs tonnes sur la structure du nouveau pont, malgré le déséquilibre créé par la rupture du câble. L'incident n'a pas fait de blessés.

COMMENT LE MTMDET A-T-IL RÉAGI ?

La section de l'ancienne bretelle de béton reposait à moitié sur le nouveau pont du canal et à moitié au-dessus du vide. Pour éviter tout accident, le Ministère a aussitôt fermé la rue Saint-Patrick, qui longe le canal de Lachine et qui passe à proximité de ce nouveau pont, entre les rues de l'Église et Cabot. Cette fermeture est restée en vigueur durant six heures, jusqu'à 7 h 30, afin de s'assurer que la pièce de béton ne risquait pas de glisser au sol. Un peu plus tard, vers 9 h, le MTMDET a ordonné la fermeture de l'autoroute 15 Nord, entre le pont Champlain et l'échangeur Turcot, par mesure de précaution, pendant qu'on s'affairait à ramener la section de bretelle démantelée jusqu'au sol. L'autoroute a été rouverte à la circulation environ 90 minutes plus tard.

LA CHUTE « CONTRÔLÉE » DE CETTE PIÈCE DE PLUSIEURS TONNES A-T-ELLE CAUSÉ DES DOMMAGES ?

Apparemment, non. Selon la porte-parole du MTMDET, Sarah Bensadoun, le nouveau pont du canal a été inspecté et n'aurait pas souffert de l'atterrissage de la masse de béton de plusieurs tonnes. Mme Bensadoun a indiqué que des inspections étaient en cours sur d'autres structures voisines de l'ancien ou du nouvel échangeur afin de s'assurer qu'elles n'avaient pas souffert des manoeuvres exécutées lors de l'accident. Aucune entrave à la circulation n'est prévue pour mener ces inspections.

L'ACCIDENT A DONC ÉTÉ SANS CONSÉQUENCE ?

Il a tout de même entraîné de sérieuses perturbations de la circulation en période de pointe matinale hier.

C'EST TOUT ?

C'est difficile à dire. Le chantier de démantèlement de la bretelle entre les autoroutes 15 Nord et 720 Ouest a été fermé, hier, par la CNESST. Même si personne n'a été blessé, la commission (l'ancienne CSST) doit enquêter sur toute situation potentiellement dangereuse pour la sécurité des travailleurs. Elle devra déterminer comment et pourquoi le câble de la grue s'est brisé, et pourrait poser des conditions à la reprise des travaux. Le démantèlement de la bretelle désaffectée ne pourra pas se poursuivre en attendant la fin de l'enquête. Or, ce démantèlement des vieux ouvrages de l'échangeur est nécessaire pour finir la construction du nouveau pont du canal de Lachine.

Ce pont doit être mis en service d'ici quelques semaines pour permettre aux automobilistes qui arrivent du pont Champlain de se diriger vers l'ouest de l'île de Montréal, notamment en direction de l'aéroport international Trudeau, à Dorval. Depuis la fermeture de la bretelle en démantèlement, les usagers doivent faire un long détour sur l'autoroute Décarie afin de se rendre dans l'ouest de la métropole. Un retard dans la mise en service du pont pourrait avoir un effet domino sur d'autres échéanciers de mise en service du nouvel échangeur, dont la construction se poursuit jusqu'à la fin de 2020.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer