Montréal-Est: un nouveau terminal pétrolier pourrait voir le jour

Le projet de la Corporation internationale d'avitaillement de... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESS)

Agrandir

Le projet de la Corporation internationale d'avitaillement de Montréal (CIAM) vise à implanter, sur des terrains qui servent déjà aux activités pétrolières, un nouveau terminal maritime, un quai de transbordement et huit réservoirs géants.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) a lancé hier la première ronde de consultations sur un important projet de terminal pétrolier de 150 millions, prévu à Montréal-Est, pour approvisionner en carburant d'avion les aéroports Trudeau, d'Ottawa et Pearson, à Toronto.

Le projet de la Corporation internationale d'avitaillement de Montréal (CIAM) vise à implanter, sur des terrains qui servent déjà aux activités pétrolières, un nouveau terminal maritime, un quai de transbordement et huit réservoirs géants pouvant entreposer un total de 164 millions de litres de carburant, au pied de l'avenue Gamble, à Montréal-Est.

Le promoteur prévoit aussi construire un pipeline de 7 kilomètres reliant le nouveau terminal à une conduite existante, située près de l'autoroute Métropolitaine, pour alimenter directement l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau. Deux projets de tracé, longeant surtout l'avenue Marien, de la rue Notre-Dame Est jusqu'à la hauteur de l'autoroute, ont été proposés par le promoteur.

La CIAM est une sorte de coopérative d'achats de transporteurs aériens « qui dessert en carburants Jet A et Jet A-1 toutes les compagnies aériennes domestiques et internationales en activité à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau et à l'aéroport international de Mirabel », dont Air Canada, Air Transat, American Airlines, Porter Airlines et autres.

Cette société par actions assure l'approvisionnement des lignes aériennes aux deux aéroports de la région de Montréal depuis 30 ans. Selon l'étude d'impacts rendue publique hier par le BAPE, le projet « permettra un meilleur contrôle des coûts, une augmentation de la fiabilité du réseau d'approvisionnement existant, et l'amélioration de l'efficacité des modes de distribution des carburants Jet A et Jet A-1 ».

Le projet de la CIMA permettra aussi de « répondre à l'augmentation de la demande » pour ce type de carburant spécialisé. Le promoteur souhaite commencer les travaux de construction à l'automne 2018, pour une mise en service du terminal en 2021.

PLUS DE 1,8 MILLIARD DE LITRES

Ce projet est en préparation depuis plusieurs années. La CIAM a organisé une séance publique d'informations sur son projet de terminal dans l'est de Montréal, au printemps de 2015. La Ville de Montréal-Est et les gens d'affaires de cette partie de l'île ont accueilli le projet positivement. Des citoyens ont toutefois soulevé des questions quant à la sécurité des réservoirs, d'une capacité totale de 164 millions de litres, le transport par camions et la circulation générale de tous ces produits explosifs.

Selon les données de la CIAM, de 1,4 à 1,8 milliard de litres de kérosène Jet A et Jet A-1 transiteront chaque année par ces installations.

Le kérosène sera livré au terminal à l'aide de navires-citernes. Plus des deux tiers (68 %) de ce carburant sont destinés à l'aéroport Pearson, à Toronto. Il sera principalement livré à l'aide d'une barge jusqu'à un autre terminal situé à Hamilton, d'où il prendra la route, par camion, vers Pearson.

Par contre, la CIAM prévoit que jusqu'à 1 milliard de litres de carburant quittera le terminal de Montréal par train, en direction de Toronto. Un tel volume représente entre 20 et 30 wagons-citernes de kérosène par jour.

Le carburant livré à l'aéroport d'Ottawa serait quant à lui livré par camions. Mais une grande majorité de ces livraisons, représentant entre 6 et 13 camions par jour, ne partirait pas du terminal de Montréal-Est, mais de l'aéroport Trudeau, en direction d'Ottawa.

UN PIPELINE DE 6 À 7 KM

Enfin, près du quart (23 %) du kérosène transitant par le nouveau terminal chaque année, soit environ 400 millions de litres, sera acheminé vers l'aéroport Trudeau par pipeline. Pour ce faire, une nouvelle canalisation de 6 à 7 km devra être construite entre le nouveau terminal, en bordure du fleuve, et la connexion d'une conduite existante, située en bordure de l'autoroute Métropolitaine, à proximité du boulevard Joseph-Versailles, dans un secteur essentiellement voué à la pétrochimie.

Selon l'étude d'impacts du promoteur, huit options de tracé ont été envisagées pour ce pipeline urbain. Les deux options retenues traverseraient des secteurs fortement industrialisés le long du boulevard Joseph-Versailles, de la rue Sherbrooke Est et de l'avenue Marien, jusqu'à la voie de desserte de l'autoroute Métropolitaine.

Le BAPE tiendra une première séance d'informations publique sur ce projet le 19 décembre au centre communautaire Roussin, dans l'est de Montréal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer