BIXI envisage de rouler en hiver

Pas moins de 4,8 millions de déplacements en... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Pas moins de 4,8 millions de déplacements en BIXI ont été enregistrés en 2017, contre 4,1 millions en 2016, soit une augmentation de 18 %.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir connu une nouvelle saison record, BIXI Montréal envisage maintenant la possibilité d'étendre à l'année son service de vélo en libre-service. Mais plusieurs obstacles se dressent sur la route de ce projet. À commencer par la neige.

BIXI a mis fin hier à sa saison 2017 en annonçant avoir de nouveau fracassé des records. Plus d'un quart de million de personnes (258 000) a utilisé à un moment ou un autre le système de vélo au cours de la saison, une hausse de 10 % par rapport à l'année précédente. De plus, pas moins de 4,8 millions de déplacements ont été enregistrés, contre 4,1 millions en 2016, soit une augmentation de 18 %.

Mais comme chaque fois que vient le moment de dire au revoir pour l'hiver aux vélos du designer Michel Dallaire, plusieurs se questionnent sur la possibilité d'imiter Toronto en offrant le service 12 mois sur 12. Questionné à ce sujet, BIXI Montréal confirme « s'être penché sur la question », bien qu'aucune évaluation officielle n'ait été réalisée, précise Bérangère Thériault, porte-parole du système. Il ne faut donc pas s'attendre à voir les vélos sur les routes de Montréal cet hiver.

« Le maintien du service BIXI durant l'hiver engendre de nombreux défis opérationnels, dont il faut tenir compte. Notre équipe se penche sur cette possibilité, mais doit avant tout évaluer la meilleure façon d'assurer un service sécuritaire, fiable et accessible durant la période hivernale », explique Mme Thériault.

Si le système de vélo en libre-service roule à l'année à Toronto et à Boston, on souligne que ces deux villes ont un climat nettement plus clément que Montréal. Ces deux villes reçoivent en moyenne 110 cm de neige par hiver, soit la moitié des précipitations de la métropole québécoise. Montréal doit ainsi procéder à cinq opérations de chargement de la neige chaque hiver, contre une seule à Toronto. Un défi de taille, puisque 90 % des stations BIXI se trouvent directement dans la rue.

PAS DE FONDS PRÉVUS

On s'interroge aussi sur l'impact de la neige et du froid sur les composants électroniques des stations. « Avec les conditions météorologiques spécifiques à Montréal, il devient beaucoup plus difficile d'assurer une accessibilité sécuritaire du service à nos utilisateurs, tout en gardant nos équipements actuels en bon état de fonctionnement », poursuit Bérangère Thériault.

Le projet d'étendre à l'année le service ne figure pas non plus au plan d'optimisation du système présenté l'an dernier et qui prévoyait pour 8 millions en investissements d'ici 2019. La nouvelle administration montréalaise devrait donc débloquer des fonds pour qu'une telle initiative voie le jour.

DIMANCHES GRATUITS RENTABLES

Par ailleurs, les six dimanches gratuits offerts pour la deuxième saison par l'entreprise Manuvie se sont avérés rentables pour BIXI. En effet, 28 % des gens qui ont essayé le système pour la première fois se sont abonnés par la suite. Il s'agit donc de 8350 nouveaux usagers.

L'un de ces dimanches gratuits, le 30 juillet 2017 pour être précis, a d'ailleurs marqué un record quotidien d'utilisation, alors que 41 728 déplacements ont été enregistrés à cette occasion. C'est deux fois l'utilisation moyenne de BIXI.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer