Foyer mère-enfant: Québec suspend temporairement sa fermeture

La ministre déleguée à la Protection de la... (Photo Simon Giroux, archives La Presse)

Agrandir

La ministre déleguée à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois.

Photo Simon Giroux, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ministre déléguée à la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois, a demandé au CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal de suspendre temporairement la fermeture du seul foyer mère-enfant du Centre jeunesse de Montréal le temps de signer des ententes d'hébergements avec des ressources intermédiaires.

Comme La Presse l'a révélé jeudi, le CIUSSS a choisi de fermer le foyer Christophe-Colomb destiné aux jeunes mères vulnérables et à leurs bébés pour une raison d'«optimisation financière». Une trentaine de mères y étaient hébergées chaque année.

Jeudi après-midi, lors de la période des questions à l'Assemblée nationale, Mme Charlebois a été questionnée par les partis de l'opposition, qui ont unanimement réclamé que le foyer Christophe-Colomb reste ouvert. Mme Charlebois, qui a appris la nouvelle en lisant La Presse, a parlé en fin d'avant-midi avec la direction du CIUSSS afin de s'assurer que les jeunes mères et leurs bébés continueront d'avoir un service d'hébergement le temps que des ententes soient signées avec des ressources intermédiaires et des organismes communautaires.

Lucie Charlebois a également précisé que le foyer est vide à l'heure actuelle. «La fermeture qui est prévue demain ne mettra personne dehors», a-t-elle dit.

«Mais je vais aller plus loin et m'assurer que ces jeunes mères-là, souvent mineures, ont les services adéquats et l'ensemble des services nécessaires, pas juste un. Je ne souhaite pas qu'on se retrouve avec de jeunes mères à la rue avec leur bébé. Je veux m'assurer qu'on n'échappe pas personne.»

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a pour sa part demandé des explications au CIUSSS en matinée. Et «ce que j'ai comme information à cette heure-ci est à l'effet que les services sont rendus disponibles». Mais à l'heure actuelle «la façon de rendre ce service est telle que ce n'est pas optimal», ce qui mène à la fermeture du foyer Christophe-Colomb, «extrêmement sous-utilisé». Le taux d'occupation était de moins de 50%, selon le gouvernement. 

«Est-ce qu'il y a lieu de revoir l'organisation de la dispensation du service? Ça, c'est de la gestion normale. Commençons par poser la bonne question : est-ce que le service est rendu? L'information que j'ai à ce moment-ci, c'est oui, et il y a un ajustement organisationnel. Mettons les choses dans le bon ordre», a ajouté le ministre de la Santé. 

De son côté, l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) - le syndicat qui représente les employés du centre jeunesse de Montréal - accuse le CIUSSS de sacrifier une «expertise unique» au nom de la «performance» exigée dans le cadre de la réforme du réseau de la santé connue sous le nom de «réforme Barrette».

Le ministre a balayé la critique du revers de la main. «Au Québec, ce n'est pas compliqué, à chaque fois que quelqu'un n'est pas content, c'est la faute à la réforme Barrette. Des fois, ce n'est même pas la réforme Barrette, c'est Barrette tout court.»

L'opposition réclame que le foyer reste ouvert

Les trois partis de l'opposition ont tour à tour réclamé jeudi que le foyer mère-enfant reste ouvert. «C'est la seule décision possible», a martelé lors de la période de questions le député péquiste Dave Turcotte.

«On ne ferme pas un foyer pour femmes vulnérables comme on ferme un hôtel parce que son taux d'occupation est de 55%», a pour sa part martelé la députée de la Coalition avenir Québec (CAQ) Geneviève Guilbault. 

«Ça me trouble beaucoup, a quant à lui dit en mêlée de presse Amir Khadir de Québec solidaire. Je ne vois pas comment on peut dire qu'on est dans la performance quand on réduit les services pour les citoyens les plus vulnérables. Performance, c'est un mot poli pour austérité.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer