Ligne rose: la Banque de l'infrastructure du Canada pourrait intervenir

Si elle voit le jour, la ligne rose... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Si elle voit le jour, la ligne rose s'étendrait sur 29 kilomètres entre Montréal-Nord, le centre-ville et Lachine et traverserait plusieurs secteurs densément peuplés.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Ottawa n'exclut pas que le projet de ligne rose du métro de Montréal soit financé en partie par la Banque de l'infrastructure du Canada (BIC), qui pourrait rentabiliser son investissement grâce à la plus-value foncière autour des futures stations.

Amarjeet Sohi, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, a évoqué hier divers scénarios concernant la promesse phare de la nouvelle mairesse Valérie Plante. La BIC - qui aura l'obligation de générer des « recettes » au profit de ses investisseurs - pourrait notamment s'y intéresser, a-t-il dit pendant un point de presse à Ottawa.

Les rendements recherchés par la BIC pourraient prendre diverses formes, dans le cas de la ligne rose. « Il pourrait s'agir d'une hausse de la valeur des propriétés autour des stations, a indiqué M. Sohi. Il pourrait y avoir une variété d'autres sources de financement. »

Selon les plans actuels, la BIC investira 35 milliards dans des projets d'infrastructure « transformateurs » à l'échelle du Canada. L'organisme, qui sera mis sur pied d'ici la fin de l'année, fonctionnera grâce à des fonds fédéraux et tentera aussi d'attirer des investisseurs institutionnels et du secteur privé.

« La Banque offrira aux promoteurs de projets fédéraux, provinciaux, territoriaux et municipaux une option additionnelle pour mettre de l'avant des projets qui pourraient permettre de générer des revenus », précise l'organisme sur son site web.

Projet Montréal, le parti de Valérie Plante, évalue à 5,9 milliards les coûts de construction de la ligne rose. Le nouveau tronçon s'étendrait sur 29 kilomètres entre Montréal-Nord, le centre-ville et Lachine et traverserait plusieurs secteurs densément peuplés.

Marc-André Viau, porte-parole de Projet Montréal, a réitéré hier que son parti était « flexible » quant aux sources de financement de la ligne rose, y compris une participation de la BIC. « Toutes les options sont sur la table », a-t-il indiqué.

Rentable, vraiment ?

Le professeur Richard Shearmur, expert en urbanisme de l'Université McGill, rappelle que rares sont les systèmes de transports en commun qui dégagent des profits, « au Canada ou ailleurs dans le monde ».

«Ce genre d'infrastructures génère pas mal de retombées pour la ville dans son ensemble, mais c'est très difficile à monnayer pour les investisseurs.»

Richard Shearmur
expert en urbanisme de l’Université McGill

Il doute que l'augmentation du prix des propriétés autour des futures stations puisse constituer un argument suffisant pour la BIC. « On a beaucoup évoqué ça, mais je dirais que les rares cas dans le monde où la plus-value foncière semble vraiment contribuer de manière forte aux infrastructures, c'est dans des endroits comme Hong Kong, Singapour ou Londres, où la valeur foncière est énormément plus grande qu'à Montréal », a-t-il avancé. 

«Vision» commune

Le ministre Amarjeet Sohi ne s'est aucunement engagé à financer la ligne rose et attend toujours de recevoir des détails de la nouvelle administration Plante. Il a aussi rappelé que la BIC prendrait ses décisions de façon indépendante dans tous les projets qu'elle choisira d'étudier.

M. Sohi a insisté sur l'importance pour la BIC de se doter de l'« expertise » appropriée. Cela permettra à la Banque « de faire le genre d'analyse rigoureuse sur un projet particulier pour en comprendre la complexité, mais aussi les sources de revenus qui pourraient potentiellement être attachées à ce projet particulier ».

Le ministre précise que le gouvernement fédéral a déjà accordé un financement de 1,3 milliard pour le Réseau électrique métropolitain (REM), et qu'il financera une partie du prolongement de la ligne bleue. « Ce que je peux dire, c'est que la vision de la mairesse Plante pour les transports collectifs est vraiment alignée avec la nôtre », a-t-il résumé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer