Élections municipales: guerre fratricide à Longueuil

Les trois candidates à la mairie de Longueuil... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Les trois candidates à la mairie de Longueuil ont débattu lors d'une soirée organisée par l'association des étudiants du cégep Édouard-Montpetit, il y a deux semaines.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La campagne électorale a débuté officiellement le 22 septembre dernier pour l'ensemble des 1100 municipalités du Québec. Mais à Longueuil, les hostilités ont commencé presque six mois plus tôt.

Le 9 avril, c'était jour de vote à la direction du parti Action Longueuil à la suite de la décision de Caroline St-Hilaire de ne pas solliciter un troisième mandat à la mairie. Le parti s'est alors déchiré en deux et, depuis, Sylvie Parent, désignée comme l'héritière de l'administration sortante, et Josée Latendresse, qui a amené huit élus avec elle pour fonder un nouveau véhicule politique (Longueuil Citoyen), se sont lancées dans la mêlée.

Les deux aspirantes mairesses ont tenté de prendre leurs distances l'une de l'autre, mais elles partagent partiellement un même bilan politique et, surtout, des partisans issus en grande partie de la même famille souverainiste. Dans les deux organisations, personne ne pavoise. La course apparaît serrée et exigera beaucoup d'efficacité pour convaincre les électeurs d'aller voter.

À travers cette guerre fratricide, la candidate à la mairie Sadia Groguhé tente de se faufiler avec son parti Option Longueuil, jusque-là limité uniquement à l'arrondissement de Greenfield Park. « Elles sortent toutes les deux de la même cuisse de Jupiter. Les citoyens ne sont pas dupes. Ils nous le disent, que Mmes Parent et Latendresse, c'est la même gang », tranche Mme Groguhé. Elle espère créer la surprise en misant sur son passage comme députée du NPD à la Chambre des communes, de 2011 à 2015.

Au cours des dernières semaines, les trois femmes ont eu l'occasion de participer à des débats pour confronter leurs idées. Lors d'une soirée organisée par l'association des étudiants du cégep Édouard-Montpetit, il y a deux semaines, elles sont apparues très peu combatives devant un parterre gagné d'avance pour chacune d'elles.

Mais sur le terrain et surtout, dans les médias sociaux, les attaques ont été un peu plus virulentes. Mme Parent a accusé Mme Latendresse de copier ses idées. Cette dernière a répliqué en définissant son ancienne alliée comme porteuse d'un discours et d'une vision usés. Quant à Mme Groguhé, elle a été, la plupart du temps, ignorée par ses adversaires, qui peinent toutefois à mesurer son impact réel dans la course.

Voici, pour chacune des trois candidates à la mairie, quelques éléments qui les distinguent.

SYLVIE PARENT

Action Longueuil

Taxe : hausse maximale à 1 %

Caroline St-Hilaire a été la carte maîtresse de Mme Parent. Et même si la mairesse sortante a été présente à ses côtés, son appui a fait l'objet d'une annonce officielle en fin de campagne, comme pour souligner ce qui était déjà en caractère gras. La proposition politique de la chef d'Action Longueuil en est une de continuité. Pour Sylvie Parent, qui a contrôlé le budget de Longueuil pendant deux mandats, le redressement des finances publiques est la principale réalisation de l'équipe St-Hilaire. C'est cette expérience qu'elle met de l'avant. « Quand on est arrivés à l'hôtel de ville en 2009, on avait un héritage de 29 millions de dépenses faites, mais reportées. Il a donc fallu taxer dès notre premier mandat », raconte Mme Parent, qui justifie ainsi l'augmentation moyenne de taxes de 24 % au cours des huit dernières années. 

JOSÉE LATENDRESSE

Longueuil Citoyen

Taxe : gel de la taxe foncière

Couper les liens avec Action Longueuil n'a pas été facile le printemps dernier, ce qui s'est reflété dans les débats au conseil municipal. Mme Latendresse et sa nouvelle équipe ont choisi de ne rien bousculer, entretenant même une certaine confusion sur les liens avec Caroline St-Hilaire. Le changement de cap s'est opéré à la fin de l'été. Tout à coup, Mme Latendresse a mis de l'avant le fait qu'elle a passé « très peu de temps » avec l'équipe de Mme St-Hilaire. « Rapidement, mes valeurs, mon envie d'action concrète étaient en rupture avec l'équipe en place », souligne-t-elle. La chef de Longueuil Citoyen a cherché à se démarquer en misant sur le leadership qu'elle souhaite incarner grâce à son parcours professionnel comme consultante stratégique en développement organisationnel. 

SADIA GROGUHÉ

Option Longueuil

Taxe : permettre le paiement en six versements

Sadia Groguhé, qui est actuellement directrice d'un centre d'hébergement pour pères avec enfants, a exposé des préoccupations sociales durant toute la campagne qui se termine. Son maître-mot semble être la transparence. Mme Groguhé se désole que l'information soit donnée aux citoyens de Longueuil au compte-gouttes, obligeant ainsi certains d'entre eux à « faire des demandes en vertu de la loi d'accès à l'information pour des dossiers qui les concernent directement ». « On donne l'effet d'une ville transparente, mais ce n'est pas ça du tout. Il faut vraiment remettre les pendules à l'heure. On est au service de nos citoyens. Les citoyens ne sont pas au service de l'administration », croit-elle. Sadia Groguhé propose « une approche de proximité ». « Concrètement, nous souhaitons mettre en place un budget participatif à l'échelle des quartiers », promet-elle.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer