Coderre promet d'honorer la mémoire des Irlandais

Le maire de Montréal, Denis Coderre, devant la Black... (Photo Patrick Sanfacon, La Presse)

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre, devant la Black Rock, une pierre commémorant le décès des précurseurs de la communauté irlandaise.

Photo Patrick Sanfacon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour corriger des «erreurs du passé», Denis Coderre et son équipe promettent qu'un site commémoratif digne de mention sera érigé sur les lieux de la fosse commune où ont été enterrés 6000 Irlandais fuyant la famine dans leur pays autour de 1847 et 1848, et qui ont succombé à la fièvre contractée à bord au cours de la longue traversée de l'Atlantique.

Cravate verte comme le trèfle des irlandais nouée autour du cou, le maire sortant est arrivé en faisant l'accolade à l'une des matriarches de la communauté irlandaise à Montréal. «My date», a-t-il rigolé avec Margaret Healy.

L'annonce qu'il avait à faire n'était toutefois pas complètement nouvelle puisqu'en mai dernier, il avait déjà fait cette promesse. Hydro-Québec venait tout juste de faire l'acquisition d'un glauque terrain de stationnement, à l'angle des rues Bridge et des Irlandais, à l'entrée du pont Victoria.

«Ce terrain aurait été le site des baraques où étaient envoyés les Irlandais malades qui débarquaient, et la fosse commune où 6000 d'entre eux auraient été enterrés», a-t-il précisé.

En face, une immense pierre commémorant le décès des précurseurs de cette importante communauté montréalaise, la Black Rock, trône tristement au centre du terre-plein de la rue Bridge.

Le maire dit avoir eu des discussions avec le patron d'Hydro-Québec, Éric Martel. La société d'État prévoit construire d'ici 2023 sur le site un poste de transformation. Mais le maire promet qu'une partie du site sera dédié à la mémoire des Irlandais.

«Il y aura des fouilles archéologiques ici qui commenceront dans quelques jours», a-t-il annoncé.

Puis, il promet qu'un parc et un centre d'interprétation de l'histoire irlandaise de Montréal y seront érigés.

«Quant à la Black Rock, on verra. Peut-être reconfigurerons-nous la rue Bridge pour lui donner accès, ce qui coûtera 10 millions selon nos estimés. Ou nous la déplacerons», a expliqué Coderre.

«C'est un geste important. 6000 des nôtres sont morts ici de la boat fever. Les Irlandais sont des gens travaillants qui ont aidé à bâtir la ville», s'est réjouie Mme Healy après l'annonce.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer