Exclusif

Uber sur le point de quitter Montréal

La direction québécoise d'Uber a informé des partenaires... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La direction québécoise d'Uber a informé des partenaires hier qu'elle annoncerait son retrait du marché québécois à 10h ce matin.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Opposée aux nouvelles obligations que compte lui imposer le gouvernement du Québec, Uber s'apprête à plier bagage dès le 14 octobre. L'exigence d'une formation de 35 heures pour les partenaires-chauffeurs est tout simplement incompatible avec le modèle d'affaires de la multinationale.

Selon des sources fiables à Montréal, l'annonce du départ est toute proche; elle pourrait même tomber dès ce matin, confie-t-on. Position de négociation? «Cela fait trois mois qu'Uber et le ministère des Transports négocient, et cela a donné les règles de la semaine dernière!», observe-t-on.

Des discussions se poursuivaient hier soir entre Uber et le bureau des sous-ministres aux Transports, mais on doutait qu'elles puissent déboucher sur une entente, puisque des mois d'échanges avaient débouché sur un cul-de-sac la semaine dernière.

Nouvelles obligations

Vendredi, Laurent Lessard, responsable des Transports, avait annoncé une série de nouvelles obligations pour la multinationale, autant de conditions au renouvellement du projet-pilote au terme de sa première année. Québec demandait un resserrement des vérifications d'antécédents judiciaires, désormais effectuées par la police plutôt que par une firme privée. On imposait aussi une inspection tous les 12 mois des véhicules qui transportent des clients. Mais c'est surtout l'obligation pour les chauffeurs de suivre une formation de 35 heures qui a heurté la multinationale. Elle mise sur des chauffeurs volontaires, à temps partiel, pour qui une telle contrainte serait à l'évidence dissuasive.

Cette formation de 35 heures est déjà exigée les chauffeurs de taxis traditionnels à Montréal.

Spontanément, vendredi, Uber avait qualifié de «rétrogrades» les conditions imposées par Québec.

Celles-ci, poursuivait Uber, mettaient en péril la capacité de la multinationale à exercer ses activités au Québec. «Nous pouvons déjà affirmer qu'à première vue, nos opérations au Québec sont fortement menacées», avait écrit par courriel Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole d'Uber au Québec.

La semaine dernière, Londres a annoncé que la multinationale ne pourrait plus exercer ses activités sur son territoire.

La direction québécoise d'Uber a informé des partenaires hier qu'elle annoncerait son retrait du marché québécois à 10h ce matin. La décision de «tirer la plogue», pour reprendre l'expression d'une source, aurait été prise au siège social de l'entreprise, à San Francisco, durant la fin de semaine.

Des proches de la multinationale expliquent que le siège social international de l'entreprise suit de près toutes ces négociations locales; une concession dans une ville est susceptible d'être rapidement revendiquée ailleurs, explique-t-on. En ces matières, la marge de manoeuvre des dirigeants d'Uber à Montréal est quasi inexistante, résume-t-on.

Incompatibilité

«Ils ne sont pas du tout contents des conditions qu'on leur impose», a-t-on indiqué. La disposition sur les 35 heures de formation n'avait jamais été négociée avec Uber, a-t-on indiqué. Elle est jugée incompatible avec le modèle d'affaires de l'entreprise, dont les chauffeurs sont souvent des employés occasionnels ou à temps partiel.

«Pour eux, c'est trop pour le renouvellement de leur flotte de chauffeurs», a expliqué une source.

La mise en place d'un projet-pilote, d'une durée d'un an, en septembre 2016, avait été précédée par de pénibles négociations - le regretté ministre Jacques Daoust et le cabinet de Philippe Couillard divergeaient carrément d'opinion. M. Daoust avait été obligé d'accorder un projet-pilote à l'entreprise, alors qu'il y était opposé, après une longue commission parlementaire. Les jeunes du Parti libéral du Québec avaient pris fait et cause pour Uber, de même que quelques députés parmi les plus jeunes. La gestion du gouvernement Couillard dans ce dossier avait été critiquée de l'interne.

L'opposition à l'Assemblée nationale critique Uber 

Le Parti québécois et Québec solidaire se montrent peu impressionnés par Uber qui doit respecter, disent-ils, les mêmes règles que l'industrie du taxi s'ils veulent agir sur le marché.

«Si Uber veut jouer le jeu qui se joue dans cette industrie, qu'ils jouent avec les règles pour que tout le monde soit sur un pied d'égalité. Là, ils chialent parce qu'on leur impose une formation obligatoire... Les chauffeurs de taxi en ont une, pourquoi pas eux ?», s'est questionné hier le député péquiste Alain Therrien, critique en matière de transports. 

«[Uber], c'est une faille dans le marché. (...) T'as pas besoin d'être Adam Smith pour comprendre que ça n'a pas de maudit bon sens», a-t-il ajouté.

Pour Amir Khadir, député de Québec solidaire, «Uber, ce n'est pas bon. Ça appauvrit non seulement les travailleurs directement concernés, les chauffeurs de taxi, mais ça appauvrit aussi les économies locales.»

La Coalition Avenir Québec (CAQ) préfère pour l'instant ne pas commenter le dossier.

- Avec Hugo Pilon-Larose et Tristan Péloquin




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Uber menace de quitter le Québec

    Actualités

    Uber menace de quitter le Québec

    L'entreprise de transport Uber a annoncé mardi son intention de cesser de faire des affaires au Québec en raison de l'exigence d'une formation de 35... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer