La loi qui augmente les pouvoirs de Montréal adoptée à l'unanimité

Le maire de Montréal, Denis Coderre.... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Plante
La Presse Canadienne
Québec

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est réjoui jeudi de l'adoption du projet de loi augmentant les pouvoirs de la métropole.

La pièce législative a été adoptée à l'unanimité par les députés de l'Assemblée nationale à la veille du déclenchement des élections municipales.

«La métropole, ça touche tout le monde, a déclaré M. Coderre lors d'un point de presse au parlement. On a un gouvernement qui avait une vision, qui a réalisé ce qu'il disait, qui a tenu promesse et ça, c'est important.»

Québec complète ainsi sa «trilogie législative» qui permettra aux municipalités d'assumer pleinement leur rôle de gouvernements de proximité, a déclaré le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux.

La loi reconnaît officiellement le statut de métropole de la Ville de Montréal et lui confère de nouveaux pouvoirs, entre autres en matière d'habitation, de lutte à l'itinérance et d'accueil de la population immigrante.

Avec ce statut de métropole, Montréal pourra notamment intervenir auprès des propriétaires dont les immeubles sont détériorés ou insalubres, fixer les heures d'ouverture des bars et des commerces sur son territoire, et dédommager les commerçants ayant subi des pertes de revenus en raison de travaux d'infrastructure depuis 2015.

«Montréal également va pouvoir (...) créer une société paramunicipale en matière de stationnement et de bornes de recharge électriques. Ça peut vous apparaître quelque chose de naturel; dites-vous bien qu'elle n'a pas le droit de le faire en vertu des lois existantes, ce qui est en soit une aberration», a fait savoir le ministre Coiteux.

Celui-ci en a profité pour décréter «la fin du temps des créatures et la fin du mur à mur».

En décembre dernier, MM. Coderre et Coiteux avaient conclu une entente-cadre, dans laquelle s'inscrivait le concept «Réflexe Montréal».

Le gouvernement Couillard s'engageait ainsi à tenir compte des particularités de la métropole dans l'élaboration des lois, des règlements, des programmes et des politiques.

De plus, le gouvernement avait créé un fonds de 50 millions à terme pour soutenir la stratégie de développement économique de Montréal, en plus de promettre une somme inconditionnelle de 83 millions indexée pour assurer la pérennité de certaines subventions.

Sont incluses dans la «trilogie législative»: la loi 109 qui procure au maire de Québec de nombreux pouvoirs additionnels, dont celui de réorganiser le travail dans les arrondissements et de taxer les stationnements à ciel ouvert; et la loi 122, adoptée en juin, qui prévoit essentiellement qu'une municipalité n'a plus à se soumettre à l'approbation référendaire en matière d'urbanisme si elle s'est dotée d'une politique de consultation citoyenne.

L'adoption du projet de loi 121, jeudi, survient à quelques heures du déclenchement officiel des élections municipales. Les scrutins auront lieu le dimanche 5 novembre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer