Un déneigeur poursuit Montréal pour 235 000 $

Dans sa requête de 45 pages, l'entrepreneur dit avoir... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Dans sa requête de 45 pages, l'entrepreneur dit avoir subi d'importants retards dans son travail en raison de temps d'attente hors de son contrôle au lieu d'élimination de la neige qui lui avait été attribué.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un entrepreneur en déneigement mis à l'amende par Montréal pour la qualité de son travail l'hiver dernier intente une poursuite de près de 235 000 $ contre la métropole, accusant la Ville d'être responsable des ratés dans ses opérations.

Les Pavages D'Amour vient de déposer une requête en Cour supérieure contre la Ville de Montréal. L'entreprise entend ainsi contester 78 000 $ d'amendes reçues pour la qualité de son travail dans Ahuntsic-Cartierville l'hiver dernier. Il réclame aussi 155 000 $ pour des dépassements de coûts qu'il attribue à des lacunes de l'arrondissement.

Dans sa requête de 45 pages, l'entrepreneur dit avoir subi d'importants retards dans son travail en raison de temps d'attente hors de son contrôle au lieu d'élimination de la neige qui lui avait été attribué. Celui-ci affirme que ses camions devaient attendre une heure avant de pouvoir décharger leur neige, ce qui retardait l'ensemble de ses opérations. Il a du coup dû recourir à beaucoup plus de véhicules que prévu pour limiter les retards.

Or, « l'existence de ces retards d'attente démesurée d'une heure pour un seul voyage de camion de neige est connue depuis 30 ans », selon la requête rédigée par Me Jean-Pierre Bélisle. Non seulement Ahuntsic n'a pas tenté de corrigé la situation, mais Les Pavages D'Amour l'accuse de ne pas lui avoir divulgué l'information lors de l'appel d'offres, alors qu'il soumissionnait pour la première fois dans ce secteur de l'île.

De nombreux griefs

Dans sa requête, Les Pavages D'Amour dénonce ainsi des « manquements graves » dans l'appel d'offres qui a mené à l'attribution de son contrat dans Ahuntsic-Cartierville. Le déneigeur accuse l'arrondissement d'avoir sciemment caché des informations et imposé des « conditions et règles excessives, abusives, démesurées et impossibles à respecter » pour la réalisation des travaux.

L'entrepreneur estime qu'Ahuntsic aurait également dû l'informer qu'elle tolérait depuis plusieurs années de voir les citoyens « tasser » la neige sur les trottoirs et dans la rue. L'entrepreneur affirme que cette pratique crée « d'énormes » bancs de neige qui exigent « un temps démesuré d'élimination lors du soufflage de la neige et la mise en service d'une seconde souffleuse ».

Les Pavages D'Amour conteste aussi la nouvelle méthode de calcul des précipitations de neige mise en place l'hiver dernier par la métropole. Alors que la Ville de Montréal évalue de 21 à 25 centimètres la quantité de neige tombée au début de janvier 2017, l'entrepreneur affirme plutôt que le total atteint 49 centimètres, puisqu'il inclut la neige tombée dans les derniers jours de 2016.

L'entrepreneur assure que ce n'est pas un manque d'expérience qui explique ces ratés. Bien que son nom évoque davantage des travaux publics, l'entreprise souligne qu'elle fait du déneigement depuis 45 ans pour diverses villes, le ministère des Transports ainsi que des propriétaires de grandes surfaces. En fait, les deux tiers de ses 120 employés travaillent aux opérations de déneigement.

Outre Ahuntsic, Les Pavages D'Amour est d'ailleurs sous contrat pour déneiger les arrondissements de Lachine (jusqu'en 2020) et de Pierrefonds-Roxboro (jusqu'en 2019) ainsi que les villes de Rigaud et de Vaudreuil-Dorion.

Rappelons toutefois que l'entreprise a également connu d'importants ratés dans l'arrondissement du Sud-Ouest l'hiver dernier. Une vidéo montrant une chenillette de l'entreprise arrachant un vélo était devenue virale. Devant les retards et les dommages provoqués durant les opérations de déneigement, la Ville de Montréal a décidé d'annuler ses contrats dans ce secteur, en plus de l'inscrire à son registre des firmes au rendement insatisfaisant jusqu'en 2019.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer