La Ville veut plus de transports en commun «lourds» au centre-ville

Questionné sur le tracé d'une éventuelle ligne de... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Questionné sur le tracé d'une éventuelle ligne de transport lourd au centre-ville, Denis Coderre a indiqué que Montréal envisage sérieusement de l'implanter dans l'axe du boulevard René-Lévesque.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Réseau électrique métropolitain (REM) n'a pas encore vu le jour que le maire Denis Coderre rêve déjà au lancement d'une deuxième phase, d'ici 2030, afin de mieux desservir le centre-ville de Montréal. Disant vouloir désengorger les transports en commun dans le secteur, l'élu indique que la métropole étudiera l'ajout d'un mode de «transport lourd» qui pourrait circuler sur le boulevard René-Lévesque.

Le maire Denis Coderre a présenté lundi un plan d'action pour mener à bien la Stratégie centre-ville, dévoilée il y a un an. Pour arriver à attirer 50 000 nouveaux résidants dans le secteur d'ici 2030, son administration entend notamment miser sur les transports en commun.

Alors que 53% des déplacements se font aujourd'hui en transports collectifs, la métropole souhaite voir cette proportion dépasser les 60% d'ici une quinzaine d'années.

Priorité au transport lourd

Alors que les projets de Réseau électrique métropolitain (REM) et de Service rapide par bus (SRB) sur Pie-IX devraient devenir réalité d'ici quelques années, la Ville de Montréal a déjà les yeux tournés vers la prochaine étape.

Pour améliorer la desserte de transports en commun et désengorger son réseau de métro, bondé au centre-ville, la métropole envisage d'ajouter du «transport lourd» dans le secteur.

Le plan d'action reste toutefois vague sur le mode privilégié, que ce soit une nouvelle ligne de métro, un tramway ou simplement un SRB. «On se donne toutes les options. On ne veut pas se bâdrer et dire qu'on va être dogmatiques. On va regarder l'ensemble des services et la technologie va évoluer, alors ça va coûter moins cher», a répondu M. Coderre.

Vers un REM phase 2?

Pour démontrer que l'ajout de transport lourd n'est pas qu'une vue de l'esprit, le maire a notamment indiqué qu'il y aura «éventuellement une phase 2 pour le Réseau électrique métropolitain». Vérifications faites auprès de la Caisse de dépôt et placement du Québec, celle-ci répond ne pas en être à planifier pour le moment de deuxième phase au REM et qu'il reviendra au gouvernement de définir ses besoins.

«À l'heure actuelle, CDPQ Infra se concentre à la mise en oeuvre du REM, un important projet de transports collectif de 67 km et 27 stations», a résumé son porte-parole, Jean-Vincent Lacroix. Chose certaine, Denis Coderre se montre confiant par rapport au financement de ses projets. «Nous avons des gouvernements à Ottawa et à Québec qui veulent miser sur les transports en commun», a-t-il insisté.

Destination René-Lévesque

Alors que l'arrivée du REM promet de mieux desservir l'ouest de l'île, Montréal entend maintenant se concentrer sur le nord et l'est de celle-ci. «L'accessibilité depuis le Nord et l'Est devra quant à elle faire l'objet d'études et de prises de décisions pour développer de nouveaux axes de transports en commun à forte capacité», évoque le plan d'action.

Questionné sur le tracé d'une éventuelle ligne de transport lourd, le maire a indiqué que Montréal envisage sérieusement de l'implanter dans l'axe du boulevard René-Lévesque. «On va regarder ce qui est le mieux. Éventuellement, on rêve de développer René-Lévesque, où on peut faire beaucoup de choses. Il faut regarder l'ensemble des options, où ça va coûter le moins cher», a répondu M. Coderre.

Quatre écoles primaires

Parmi les autres mesures prévues au plan d'action pour la Stratégie centre-ville, Montréal veut contribuer à l'implantation de quatre écoles primaires et d'une école secondaire dans le secteur. Réitérant son souhait de voir la Ville de Montréal gérer les édifices scolaires, il a insisté pour dire qu'«on ne peut parler de développement sans avoir des écoles. Il faut sortir du "c'est la faute à qui" pour dire que "si vous n'êtes pas capables de le faire, je vais le faire"», a-t-il dit.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) affirme avoir été prise par surprise par cette annonce. «Je suis un peu éberluée qu'on fasse une annonce d'écoles au centre-ville alors que ce n'est pas sa responsabilité», a réagi la présidente Catherine Harel-Bourdon. Elle était d'autant plus surprise que si elle réclame des terrains pour construire des écoles primaires, elle n'a jamais présenté de demande pour le secondaire. Au lieu de chercher à s'approprier cette tâche, Montréal devrait plutôt l'aider à trouver des terrains pour construire des écoles, selon la CSDM.

De plus grands logements

Le plan d'action prévoit aussi une plus grande place aux familles au centre-ville. Montréal veut ainsi voir s'ajouter au moins 1000 logements de trois chambres et plus d'ici 2030, dont une partie sera suffisamment abordable pour les premiers acheteurs. Pour y arriver, le maire veut miser sur les nouveaux pouvoirs que lui confiera la Loi sur le statut de la métropole afin de dicter davantage le type de construction de logements.

Saluant la Stratégie centre-ville, l'Institut du développement urbain a toutefois rappelé que le marché immobilier dans le secteur rendait la construction de grands logements difficile. «Il y a une difficulté en ce moment de faire des grandes surfaces, des trois chambres et plus, dans un marché centre-ville où le terrain est très dispendieux. C'est là où le secteur privé et les autorités publiques doivent travailler ensemble pour trouver les meilleures solutions», a indiqué son PDG, André Boisclair.

Un bilan réclamé

Le dévoilement du plan d'action a laissé sur sa faim l'opposition à l'hôtel de ville, qui estime que peu de chemin a été parcouru depuis l'annonce de la Stratégie centre-ville, en juin 2016. «Ça fait plus d'un an que la Stratégie centre-ville a été présentée. On se serait attendu à un bilan, pas un autre plan d'action», a déploré Valérie Plante, chef de Projet Montréal.

Elle estime que les plans de l'administration afin de rendre le secteur attrayant pour les jeunes familles n'a pas encore été suivi de mesures concrètes. Elle cite en exemple la remise en valeur du site de l'ancien Hôpital de Montréal pour enfants, qui prévoit trop peu de grands logements, selon elle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer