Exclusif

Festivals de Montréal: une foule de gestes déplacés envers les femmes

En novembre, la Ville de Montréal a mandaté... (PHOTO ANNE GAUTHIER, archives LA PRESSE)

Agrandir

En novembre, la Ville de Montréal a mandaté le Conseil des Montréalaises pour étudier la question de la sécurité des femmes lors des festivals se déroulant sur son territoire.

PHOTO ANNE GAUTHIER, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mains aux fesses. Insultes. Baisers non désirés. Le Conseil des Montréalaises réclame une amélioration des mesures de sécurité pour les femmes.

Le festival Shambhala, en Colombie-Britannique, a créé un «Women's Safe... (Photo Blake Jorgenson Photography, tirée de la page Facebook du festival Shambhala) - image 1.0

Agrandir

Le festival Shambhala, en Colombie-Britannique, a créé un «Women's Safe Space» composé uniquement de personnel féminin pour offrir du soutien aux festivalières qui ont besoin d'aide.

Photo Blake Jorgenson Photography, tirée de la page Facebook du festival Shambhala

Cathy Wong, présidente du Conseil des Montréalaises... (Photo tirée du site internet de la Ville de Montréal) - image 1.1

Agrandir

Cathy Wong, présidente du Conseil des Montréalaises

Photo tirée du site internet de la Ville de Montréal

PORTRAIT INQUIÉTANT

En novembre, la Ville de Montréal a mandaté le Conseil des Montréalaises pour étudier la question de la sécurité des femmes lors des festivals se déroulant sur son territoire. Au terme d'entrevues avec plusieurs responsables de la sécurité aux événements et un vaste sondage auprès de 976 femmes, le portrait est inquiétant. Le sondage mené en ligne du 9 février au 8 mars a révélé que 56 % d'entre elles avaient été victimes de paroles ou de gestes déplacés. Cela peut être autant des insultes que des attouchements sexuels. Dans le lot, 37 femmes ont toutefois dit avoir été agressées sexuellement alors qu'elles assistaient à un événement extérieur à Montréal. Une précision s'impose : il ne s'agit pas d'un sondage mené par une firme reconnue, mais bien par le Conseil lui-même. Celui-ci reconnaît d'ailleurs que son échantillon comporte une proportion nettement plus élevée de jeunes femmes par rapport à la population.

« METTRE DES MOTS SUR UNE RÉALITÉ »

Cathy Wong s'attendait à faire de tristes découvertes en acceptant ce mandat de la Ville, mais la présidente du Conseil des Montréalaises admet avoir été surprise par l'ampleur du phénomène. Surtout, elle assure que son organisation n'a pas voulu faire preuve d'alarmisme. « Je ne pense pas que ce soit alarmiste. On veut mettre des mots sur une réalité. L'expérience des femmes lors des festivals n'est pas la même que celle des hommes. » Elle prend soin de souligner que « Montréal n'est pas la pire », d'autres villes ayant des problèmes plus graves encore. Cathy Wong espère toutefois que la situation sera prise au sérieux et que des améliorations seront rapidement apportées.

INTERVENTION RAPIDE DEMANDÉE

Même si la saison des festivals 2017 bat déjà son plein à Montréal, le Conseil des Montréalaises demande des actions immédiates. Ainsi, on recommande la création dès cet été d'« espaces sécuritaires pour les femmes et transgenres ». Il est suggéré de s'inspirer par exemple du festival Shambhala, en Colombie-Britannique, qui a créé une telle zone. Ouvert 24 heures sur 24, situé en périphérie du site, le « Women's Safe Space » est composé uniquement de personnel féminin pour offrir du soutien aux festivalières qui ont besoin d'aide. L'initiative a fait école puisque d'autres événements lui ont emboîté le pas, comme le célèbre festival de musique de Glastonbury, au Royaume-Uni. Pour les prochaines saisons, le Conseil recommande que Montréal oblige les firmes de sécurité à former leurs agents à la réalité des femmes. On suggère même que le personnel soit composé autant d'hommes que de femmes. Des campagnes d'information devraient également être lancées.

LE PARC OLYMPIQUE, UN MODÈLE

Le Conseil note que la sécurité des événements est principalement assurée par des firmes privées. Or, leurs agents « ne reçoivent pas de formation spécifiquement liée aux femmes », peut-on lire dans l'étude. Parmi les gestionnaires de sites, le Parc olympique fait figure d'exception, selon le Conseil des Montréalaises. Près du tiers de ses 80 agents sont des femmes. On s'assure que l'une d'entre elles soit intégrée dans chaque équipe patrouillant, justement pour intervenir auprès de la clientèle féminine.

« PLUS EN CONFIANCE »

« C'est vrai que la sécurité est un domaine où traditionnellement il y a plus d'hommes, mais on fait un effort. Avoir une femme dans les équipes permet d'avoir une approche différente, une analyse différente de la situation, particulièrement quand il y a intervention. Ça permet dans certains cas de mettre les personnes plus en confiance ou de désamorcer une situation », explique Cédric Essiminy, porte-parole du Parc olympique. Le Parc olympique a pris ce virage féminin dans son service de sécurité depuis l'arrivée d'un nouveau directeur de la sécurité. « Pour lui, c'était primordial. Il trouve que ça travaille beaucoup mieux, surtout que c'est un site grand public, très familial », explique Cédric Essiminy. Ce dernier ajoute qu'on s'est assuré que les femmes ne soient pas uniquement en première ligne, mais occupent également des postes clés de gestion.

D'AUTRES INDICES

Le Conseil des Montréalaises souligne ne par être seul à soulever ces enjeux d'insécurité lors d'événements publics. Une étude de 2013 a démontré que 26 % des victimes d'agression sexuelle traitées à l'hôpital d'Ottawa ont été agressées lors d'événements de masse. Un sondage réalisé pour le SPVM en 2013 a par ailleurs révélé que 45 % des femmes disaient éviter certains endroits de la métropole par crainte pour leur sécurité, contre 29 % des hommes.

LES GRANDS ÉVÉNEMENTS RÉAGISSENT

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) du Québec a salué l'initiative du Conseil des Montréalaises. Il s'est engagé à étudier le rapport et à en tenir compte. Le groupe, qui rassemble les principaux organisateurs de la province, pourrait mettre ce sujet à l'ordre du jour de l'une de ses journées de réflexion sur l'industrie. « La sécurité des femmes et, plus largement, la sécurité de l'ensemble des festivaliers nous interpellent dans le contexte que nous connaissons bien. Les plans d'intervention de l'ensemble des membres sont en constante évolution et tout apport externe pouvant amener des améliorations dans les pratiques est le bienvenu », a indiqué Martin Roy, PDG du RÉMI.

PAS DE COMMENTAIRE DU SPVM

Invitée à dire si des mesures particulières pour la sécurité des femmes avaient été prévues cet été lors des événements entourant la fondation de la métropole, la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal a dit s'en remettre aux autorités compétentes. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui établit les mesures de sécurité à prendre pour chacun des événements, a quant à lui préféré ne pas commenter le rapport, disant ne pas encore en avoir pris connaissance.

En chiffres

68%
Les données du sondage indiquent que les femmes les plus jeunes sont les plus à risque de subir de tels comportements déplacés. Les deux tiers (68 %) des répondantes de 14 à 24 ans ont dit en avoir été la cible. Cette proportion tombait sous les 30 % chez les femmes les plus âgées.
11%
Fait troublant, malgré le nombre élevé d'incidents rapportés, à peine 11 % des femmes se sont tournées vers les policiers ou les agents de sécurité. Le tiers des femmes ont déclaré ne pas avoir porté plainte parce qu'elles ne pensaient pas que cela aurait un effet. D'ailleurs, des 35 seules plaintes déposées à la police, aucune n'a eu de suite judiciaire ou donné lieu à une condamnation.
0
Le Conseil des Montréalaises note par ailleurs que le Bureau des festivals de la Ville de Montréal, qui traite toutes les plaintes faites au 311 concernant les événements publics, n'a jamais reçu de signalement concernant cette problématique.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer