Super-chantier Turcot: trop de bruit plus de 900 fois en 6 mois

La démolition puis le début de la reconstruction... (PHOTO ROBERT SKINNER, Archives LA PRESSE)

Agrandir

La démolition puis le début de la reconstruction du pont de la rue Saint-Jacques, qui enjambe l'autoroute Décarie, a grandement nui au climat sonore dans le secteur résidentiel voisin du chantier.

PHOTO ROBERT SKINNER, Archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson 
La Presse

Les résidants du quartier Notre-Dame-de-Grâce qui vivent de part et d'autre de la tranchée de l'autoroute Décarie (A15) et du pont démoli de la rue Saint-Jacques ont été exposés plus de 900 fois à des niveaux de bruit dépassant les maximums autorisés à cause des chantiers de l'échangeur Turcot et de la circulation routière, l'an dernier.

Selon des données obtenues par La Presse, les deux tiers de tous les dépassements des niveaux de bruit permis survenus dans l'ensemble du super-chantier Turcot, entre le 21 avril et le 31 octobre 2016, ont été recensés dans un petit secteur résidentiel limité à trois rues, voisines de l'autoroute.

Durant cette période, le pont de la rue Saint-Jacques qui enjambe l'autoroute Décarie a été fermé, puis démoli, et les travaux de construction d'un nouveau pont ont commencé. Le climat sonore, de part et d'autre de l'autoroute, en a durement souffert.

DES DÉPASSEMENTS MALGRÉ LES PRÉCAUTIONS 

Depuis la fermeture du pont, les rues résidentielles Prud'homme et Addington ont été converties en cul-de-sac où seule la circulation locale est permise. Des panneaux de bois ont été installés le long des rues près des intersections avec la rue Saint-Jacques, pour assourdir le bruit des travaux en cours, de l'autre côté des palissades.

Malgré ces précautions de base, les deux appareils de mesures installés à proximité des résidences de la rue Prud'homme ont enregistré au total 506 dépassements du niveau de bruit autorisé en vertu des normes du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET). Quant à la station de la rue Addington, elle en a comptabilisé 274 durant la même période de six mois.

Dans la rue Girouard, qui sert de chemin de détour en attendant la construction du nouveau pont, prévu pour la fin de 2017, on a enregistré 145 dépassements des niveaux de bruit prescrits dans le contrat signé entre le Ministère et l'entrepreneur chargé des travaux, le consortium DB-Aecon.

Dans 69 cas, les dépassements ont dépassé la limite prescrite de plus de 10 décibels, soit un niveau de bruit au moins deux fois plus fort que le maximum autorisé.

Les données du MTMDET ne précisent pas la cause des dépassements des niveaux de bruit survenus autour du chantier de démolition et de reconstruction du pont Saint-Jacques. Aucune sanction n'a toutefois été prise par le Ministère à l'encontre des responsables de ce chantier.

Le projet de reconstruction du Complexe Turcot, qui comprend quatre échangeurs, s'étend sur environ sept kilomètres d'est en ouest, et sur environ trois kilomètres de routes, du nord au sud. Dans cet immense territoire, qui va du tunnel Ville-Marie jusqu'à Montréal-Ouest, et de l'autoroute Décarie jusqu'au sud du canal de Lachine, des dizaines de chantiers, du plus petit au plus énorme, sont en constante activité.

MOINS BRUYANT À L'OUEST

Malgré l'ampleur des travaux en cours, les 13 stations de mesures de bruit installées par le MTMDET n'ont enregistré « que » 479 dépassements des niveaux autorisés, dans tout l'arrondissement du Sud-Ouest et dans le secteur Montréal-Ouest, où des grands chantiers sont en activités.

Le niveau de bruit autorisé est généralement de 75 décibels, le jour, et varie selon les quartiers de 62 à 71 décibels la nuit. Un bruit ambiant de 70 décibels ou plus équivaut à peu près à celui d'une rue commerciale animée, et peut induire des nuisances chez les riverains.

Dans l'ensemble des chantiers du complexe Turcot, ces niveaux de bruit ambiant ont été dépassés 1404 fois entre la mi-avril et la fin d'octobre 2016, selon les données obtenues par La Presse.

En sus des 925 dépassements survenus dans le secteur de Notre-Dame-de-Grâce, on a aussi recensé 233 dépassements aux stations Cazelais et Desnoyers, installées dans les rues du même nom dans le quartier de Saint-Henri. Ces sonomètres sont les plus rapprochés de l'autoroute Ville-Marie (A720) et des voies de circulation temporaires de la nouvelle route 136, en direction du centre-ville.

Les données du Ministère font aussi état de 142 dépassements en bordure de l'A720 entre l'échangeur et l'avenue Atwater, de 74 dépassements dans les quartiers résidentiels au sud du canal de Lachine, et de 30 autres près des chantiers de l'échangeur Montréal-Ouest.

DEUX AMENDES DE 2500 $

Le consortium KPH Turcot, qui gère l'essentiel des travaux, estimés à 3,7 milliards, n'a reçu aucune pénalité relativement au bruit causé par ces travaux. Son contrat prévoit que KPH doit lui-même repérer les problèmes et mettre en place des solutions immédiates pour les corriger.

Selon le Ministère, seulement deux entrepreneurs ont été pénalisés relativement à des dépassements des limites de bruit. La firme DJL a ainsi écopé d'une pénalité de 2500 $ pour « non-respect des exigences » lors de travaux de maintien de l'échangeur actuel. Une firme chargée de la démolition d'un bâtiment désaffecté, la société Demvar, s'est vu imposer la même sanction pour avoir réalisé des travaux hors des plages horaires autorisées.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer