Les berges de Verdun ravagées par les castors

Près de 1000 arbres et arbustes ont été... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Près de 1000 arbres et arbustes ont été coupés ou grugés depuis peu par des castors à Verdun.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir abattu plus de 650 arbres en quatre ans dans l'île des Soeurs, le plus gros rongeur canadien s'attaque depuis peu aux berges du fleuve Saint-Laurent, à Verdun. Près de 1000 arbres et arbustes y ont été coupés ou grugés par des castors.

Une quinzaine d'arbres ont été protégés des castors... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Une quinzaine d'arbres ont été protégés des castors par des grillages dans le secteur de l'Auditorium de Verdun.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

D'UNE ÎLE À L'AUTRE

Les ravages des castors dans l'île des Soeurs sont bien documentés. Un arbre serait même tombé dans le stationnement d'une tour résidentielle. Bon nageur, ce rongeur avait également coupé des arbres ici et là du côté de Verdun, mais depuis le début de l'année, les dommages sont importants. Le boisé en friche derrière l'école secondaire Monseigneur-Richard est particulièrement touché, alors que plus de 600 arbres et arbustes y ont été coupés. À cet endroit, les arbres encore debout sont souvent les plus imposants, car trop lourds à transporter. Quelque 300 autres arbres ont été coupés entre cet endroit et l'Auditorium, un peu plus en amont.

RISQUES D'ÉROSION ET DE CONTAMINATION ?

La zone la plus touchée se trouve entre un dépôt à neige - derrière l'école secondaire - et le fleuve. Bien que des dizaines d'arbres matures grugés par les castors n'aient pas été complètement abattus, leurs chances de survie sont bien minces. L'importante inclinaison du sol à cet endroit laisse présager d'importants problèmes : l'érosion des berges, une diminution de leurs propriétés filtrantes et une possible contamination des eaux par la neige de la voirie, qui peut contenir du sel, du calcium, des abrasifs et du roc concassé.

UNE « AUTOROUTE » DE CASTORS

Le Saint-Laurent est une « autoroute » pour les castors, selon Ève Surprenant Desjardins, technicienne en bioécologie et coordonnatrice chez Héritage Laurentien. L'animal demeure actif tout l'hiver et, « avec le temps très doux, c'est fort possible qu'il en profite pour se faire des réserves de nourriture pour le printemps ». Le castor est particulièrement travaillant. « Un individu peut abattre près de 200 arbres et arbustes par année pour la construction de barrages, de huttes et pour son alimentation, explique Élise Bélanger, chargée de projet chez Nature-Action. Quelques castors peuvent donc causer d'importants dommages. L'absence de banquise facilite aussi la circulation de l'animal d'une rive à l'autre. »

PAS DES TANGUY

Il existe un nombre restreint d'habitats pour la population de castors à Montréal. « Les grands parcs de l'Ouest-de-l'Île ont la capacité d'accueillir un certain nombre de familles. Cependant, les jeunes se dispersent après deux ans pour conquérir d'autres territoires. Ces migrations peuvent couvrir jusqu'à 250 km. Ce sont certainement ces individus de passage qui s'attaquent aux berges de Verdun et de l'île des Soeurs lors de leur prospection », souligne Élise Bélanger. L'absence de huttes indique qu'aucune famille de castors ne s'y est établie, selon les observations de Nature-Action.

PROTÉGER LES GROS ARBRES

Selon Ève Surprenant Desjardins, ce n'est pas tant le nombre d'arbres abattus qui pose problème que leur taille et leur essence. Les saules, peupliers ou vinaigriers, très présents sur les berges du Saint-Laurent, sont des espèces « adaptées et stimulées par le broutage du castor ». Après avoir été coupés par le castor, ils développent de nouvelles pousses pour survivre. « Les arbres de moins de 5 cm de diamètre, on peut les laisser aux castors. Il faut cependant identifier les gros arbres, les arbres rares et ceux pouvant être dangereux pour la population s'ils tombent, et protéger leur tronc avec du grillage. » Des espèces à croissance lente pouvant vivre des centaines d'années, comme le micocoulier et le chêne, devraient être protégées en priorité.

DES MÉTHODES « VOUÉES À L'ÉCHEC »

Le trappage et la relocalisation sont des techniques « vouées à l'échec » pour contrôler la population de castors, selon Ève Surprenant Desjardins, qui rappelle que leur présence est bénéfique dans un écosystème, car ils façonnent un habitat de terres humides pour plusieurs mammifères, oiseaux et insectes. « Si on libère un territoire en relocalisant l'animal et qu'il reste de la nourriture, c'est clair qu'une autre famille va en profiter pour s'installer dans le secteur. » La stérilisation a aussi ses limites, car après deux ans de tentatives infructueuses de reproduction, la femelle va chasser le mâle pour en trouver un autre.

MISER SUR LA NOURRITURE

Bien que l'opération puisse s'avérer fastidieuse, il faut protéger les arbres des incisives tranchantes du castor avec du grillage, résument les deux expertes consultées. Durant l'hiver, l'animal ne se nourrit que d'écorce. « Le manque de nourriture limite la reproduction du castor et le force à se déplacer », explique Mme Surprenant Desjardins. Il y a quatre ans, une famille de castors a établi ses pénates au parc des Rapides, qu'Héritage Laurentien a pour mission de mettre en valeur. Cette famille vit désormais en harmonie avec la flore et la faune variées du parc, où presque tous les arbres ont été grillagés.

UN PROJET-PILOTE

En mars 2016, l'arrondissement de Verdun annonçait la mise en place d'un projet-pilote devant permettre de « trouver la façon optimale de préserver l'équilibre » de l'écosystème de l'île des Soeurs. Peu de travail a cependant été effectué du côté des berges de Verdun. Seulement une quinzaine d'arbres ont été protégés par des grillages dans le secteur de l'Auditorium. Selon Stéphane Bernaquez, directeur de l'aménagement urbain de l'arrondissement, une intervention sera « probablement » menée du côté de Verdun pour identifier les arbres « ayant une certaine valeur ou qui sont dangereux ».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer