Exclusif

Grandes artères commerciales: 26 agents de stationnement mis à pied

Les rues seront bientôt prises d'assaut par les... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Les rues seront bientôt prises d'assaut par les magasineurs à la recherche de cadeaux... et de places de stationnement. Et une trentaine d'agents de stationnement qui surveillaient les grandes artères commerciales sont mis à pied.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le magasinage des Fêtes pourrait coûter quelques dollars de moins à certains automobilistes distraits: Montréal vient de mettre à pied sa trentaine d'agents de stationnement qui surveillaient les grandes artères commerciales de l'île, dénonce leur syndicat.

La Ville se priverait ainsi de millions en revenus, selon l'organisation. Surtout que ces rues seront bientôt prises d'assaut par les Montréalais à la recherche de cadeaux.

La police, responsable des agents, réplique que ces postes sont liés à des banques d'heures qui ont été épuisées à la mi-novembre, soit un peu plus tôt que d'autres années. Les agents devraient être de retour en 2016.

Les 26 agents au chômage patrouillaient à pied les artères commerciales de Montréal où l'on retrouve des bornes-parcomètres. Ils avaient tous le statut d'agent auxiliaire, sans sécurité d'emploi.

Selon Alain Fugère, président du syndicat des cols blancs municipaux, les agents de stationnement mis à pied engrangeaient «des millions» de dollars chaque mois. «La Ville se prive de revenus», a-t-il déploré. Si on calcule qu'un agent pouvait émettre plusieurs dizaines «de constats sur un quart de huit heures [...], ça fait beaucoup d'argent».

«Selon ce que leur surintendant aurait dit, ce serait en raison d'un manque de budget», a continué M. Fugère, qui dénonce une décision prise «de façon inattendue». «Pendant ce temps, on engage un monsieur qui s'occupera des réfugiés pour 1800$ par jour, 110 000$ pour trois mois.»

Au total, les agents de stationnement de Montréal ont distribué pour un peu plus de 70 millions de dollars en amendes l'an dernier. En comparaison, les revenus de Stationnement Montréal issus des stationnements correctement acquittés atteignaient à peine 62,9 millions.

«Pas des coupures ou des réductions budgétaires»

C'est le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui gère les agents de stationnement.

«Ce sont des banques d'heures» qui ont été vidées, a pour sa part expliqué le patron des communications du corps de police, Ian Lafrenière. «Des fois, il y a des années où on réussit à étirer la sauce un petit peu parce qu'il y a eu des économies dans la banque d'heures [...] mais cette année, nous n'en avons pas. Ça arrive carrément comme ça.» «Ce n'est pas des coupures ou des réductions budgétaires», a-t-il ajouté.

Les agents devraient être rappelés en 2016, a ajouté le commandant Lafrenière.

Alain Fugère ne partage pas cette analyse: «Ils auraient pu les garder à l'année, dit-il. Si on les fait rentrer en janvier [2016], la période achalandée va être passée. Ça va être moins payant en janvier que dans les prochaines semaines.»

Les 26 agents représentaient plus de 10% des agents de stationnement montréalais.

Ian Lafrenière a refusé de s'avancer sur l'analyse du syndicat, préférant s'en remettre à ses explications factuelles.

- Avec Pierre-André Normandin

Revenus liés aux amendes de stationnement

  • 2011: 61,0 millions
  • 2012: 67,0 millions
  • 2013: 71,6 millions
  • 2014: 70,6 millions

  • Amende moyenne en 2014: 58$
  • Nombre d'amendes distribuées en 2014: 1,2 million




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer