Saccage à l'hôtel de ville: 44 employés accusés

Des employés municipaux ont manifesté à l'hôtel de ville de... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

Des employés municipaux ont manifesté à l'hôtel de ville de Montréal, le 18 août.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Pierre-André Normandin, Jasmin Lavoie, Annabelle Blais
La Presse

Une pluie d'accusations criminelles, d'enquêtes disciplinaires et de suspensions sans solde se sont abattues sur des dizaines d'employés ayant pris part à la violente manifestation du 18 août à l'hôtel de ville de Montréal.

Le maire Denis Coderre en point de presse,... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le maire Denis Coderre en point de presse, vendredi.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Critiqué pour l'inaction de ses agents lors de la manifestation, le Service de police de Montréal (SPVM) a annoncé avoir finalement porté des accusations contre 44 employés de la métropole. Ils sont accusés d'attroupement illégal, de méfaits et de voies de fait. Le chef de police, Marc Parent, a prévenu que l'enquête était loin d'être terminée et que d'autres accusations pourraient s'ajouter.

Le corps policier n'a pas confirmé les emplois occupés par les 44 personnes accusées. Le chef Parent a toutefois précisé qu'un employé civil du SPVM -et non pas un policier- était visé par des accusations.

En parallèle à ces accusations, l'administration Coderre a annoncé que 63 employés municipaux étaient visés par une enquête disciplinaire. Ceux-ci seront rencontrés et s'exposent à des sanctions pouvant aller jusqu'au congédiement.

Des 63 employés sous enquête, 39 ont été suspendus sans solde «en raison de la gravité des gestes posés», a indiqué le maire. «On n'est plus dans les années 60 où les gros bras se font aller», a dénoncé Denis Coderre.

Ce sont principalement des pompiers qui se trouvent dans la ligne de mire des ressources humaines. Pas moins de 52 font l'objet d'une enquête disciplinaire et 30 sont suspendus sans solde. Leur chef syndical, Ronald Martin, présent lors des événements, a préféré s'abstenir de commenter, disant ne pas savoir s'il était lui-même visé par des accusations ou une enquête disciplinaire.

Si aucun agent du SPVM ne fait officiellement l'objet d'une enquête disciplinaire pour le moment, Marc Parent a indiqué hier que 13 policiers et cadres ont été rencontrés au sujet de possibles manquements. «Un certain nombre d'entre eux risquent de se voir accusés au niveau disciplinaire, car on a déjà noté des manquements en ce qui concerne le comportement», a indiqué le chef de police. Plusieurs élus, notamment le maire Denis Coderre, avaient critiqué le laxisme des agents à l'hôtel de ville le soir où le grabuge s'est produit, plusieurs agents étant restés les bras croisés.

«Je tiens à réitérer ma confiance envers mes policiers et mes policières du SPVM qui dans un contexte pas nécessairement facile continue de faire leur travail jour après jour», a tenu à dire Marc Parent.

Le maire a indiqué que le rapport du SPVM sur la manifestation sera déposé à la commission de la sécurité publique. Cette réponse n'a pas rassuré l'opposition qui a souligné que celle-ci siège à huis clos et donc que les conclusions du rapport ne seraient pas rendues publiques.

Même s'il a senti avoir été visé par des manifestants -«j'ai évité quelques verres»-, Denis Coderre a précisé ne pas avoir lui-même porté plainte à la police.

La sécurité à l'hôtel de ville a été considérablement renforcée au moment où les accusations et les enquêtes disciplinaires ont été annoncées. Certaines portes ont été cadenassées pour empêcher quiconque d'entrer dans l'édifice tandis que des policiers ont été déployés dans le secteur.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer