îleSoniq: un irritant de plus pour Saint-Lambert

Le premier festival îleSoniq s'est déroulé au parc... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Le premier festival îleSoniq s'est déroulé au parc Jean-Drapeau vendredi et samedi.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Annabelle Blais
La Presse

Le festival îleSoniq en est à sa toute première édition, et déjà, son écho a résonné un peu partout sur la Rive-Sud, ce week-end. Un événement de plus présenté au parc Jean-Drapeau cet été et qui ajoute au contentieux entre Saint-Lambert et la métropole au sujet du bruit.

Demandez à Hughes Létourneau de décrire la musique électronique du festival îleSoniq. Ou celle d'Osheaga ou de Heavy Montréal. Il les a toutes entendues. Ce père de famille n'est pas un amateur de rock qui court les concerts. Il est un résidant de Saint-Lambert. Un résidant irrité par le bruit des concerts et, surtout, par le nombre d'événements.

Excédée, la Ville de Saint-Lambert avait envoyé, en juillet dernier, une mise en demeure à la Ville de Montréal, l'arrondissement de Ville-Marie et le parc Jean-Drapeau afin d'exiger que le volume du bruit soit réduit.

Il a beaucoup été question du niveau sonore des concerts du festival Osheaga au début du mois d'août, mais M. Létourneau, qui est aussi conseiller municipal à Saint-Lambert, insiste sur le fait que le problème est aussi une question de fréquence.

«Non seulement on endure ce bruit depuis plusieurs années, mais il y en a plus qu'avant, alors qu'on multiplie les fins de semaine où ce bruit-là nous envahit.»

Hughes Létourneau
résidant et conseiller municipal de Saint-Lambert

Tout au long du week-end, la Ville de Saint-Lambert a mesuré l'intensité du bruit à l'aide d'un sonomètre installé sur le toit d'une maison, comme elle le fait pour chaque festival. Les résultats seront compilés en septembre et pourront servir à appuyer une éventuelle poursuite.

« Les verres d'eau tremblaient à cause des vibrations »

Vendredi soir, la musique électronique d'îleSoniq s'est fait entendre à plusieurs kilomètres de l'île Sainte-Hélène.

Jean-François Brunelle, qui habite tout près du palais de justice de Longueuil, soit à une dizaine de kilomètres du parc Jean-Drapeau, affirme que le bruit de vendredi dépassait tout ce qu'il a pu entendre depuis le début de l'été. « Je pensais que c'était un party dans le voisinage! Ma fille ne pouvait pas dormir et même les verres d'eau tremblaient à cause des vibrations », affirme-t-il.

M. Brunelle s'est plaint au Service de police de l'agglomération de Longueuil. Le capitaine Fortin a confirmé à La Presse avoir reçu quelques plaintes concernant le bruit des concerts. Il a d'ailleurs entendu les échos des concerts de vendredi, de chez lui, à Saint-Basile-le-Grand.

Caroline Audet, porte-parole du groupe evenko, assure qu'îleSoniq, comme c'était le cas pour Osheaga et Heavy Montréal, respecte les règlements de l'arrondissement de Ville-Marie et du parc Jean-Drapeau en ce qui concerne les décibels émis.

« On a investi 150 000 $ en équipement pour limiter le son sur le site et les mêmes mesures ont été prises que pour les deux autres festivals », a-t-elle expliqué.

Mme Audet n'était pas en mesure de dire si les basses fréquences de la musique électronique pouvaient expliquer que le bruit ait été entendu à plusieurs kilomètres du site. « Plusieurs critères entrent en ligne de compte comme la température et le vent », a-t-elle ajouté.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer