Plusieurs policiers malades en même temps: nouveau moyen de pression?

Selon nos informations, des policiers qui ont travaillé... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Selon nos informations, des policiers qui ont travaillé cette nuit ont dû rester en poste ce matin pour remplacer leurs collègues qui ont réclamé un congé de maladie.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus d'une centaine de policiers ont pris un congé de maladie en même temps ce matin dans ce qui pourrait être une escalade des moyens de pression contre le projet de loi sur les régimes de retraite.

La Ville de Montréal s'est adressée tard hier soir à la Commission des relations de travail (CRT) pour obtenir une séance de conciliation d'urgence, alléguant que ses policiers pourraient contrevenir au Code du travail et à leur convention collective en tombant soudainement malades au petit matin. 

La séance s'est déroulée toute la nuit de vendredi à samedi. Selon la Fraternité des policiers et policières de Montréal, le jugement qui a été émis prend acte des allégations de la Ville et de la réponse du syndicat, qui nie catégoriquement avoir orchestré un tel moyen de pression. 

«Le jugement ordonne à tous les salariés de fournir leurs prestations régulières et normales de travail. Nous demandons à nos membres de respecter l'ordonnance», a expliqué en entrevue à La Presse le porte-parole de la Fraternité, Éric Normandeau. 

Selon nos informations, des policiers qui ont travaillé dans la nuit de vendredi à samedi ont dû rester en poste au matin venu pour remplacer leurs collègues qui ont réclamé un congé de maladie. 

«Je trouve ça totalement irresponsable de dire aux gens de ne pas rentrer au travail», a réagi cet après-midi le maire de Montréal, Denis Coderre, qui a tenu des mots durs envers le syndicat. 

«Il y a une convention collective et donc aucune raison de poser ce geste. C'est un manque flagrant du sens des responsabilités. Ceux qui ont utilisé une journée de maladie vont la perdre, et ce ne sont pas les Montréalais qui paieront pour les heures supplémentaires occasionnées. Ce sera le syndicat», a-t-il affirmé. 

Le maire a dit souhaiter que les négociations sur le nouveau régime de retraite se déroulent syndicat par syndicat, étant donné leurs spécificités respectives. Par question d'équité, il a demandé au gouvernement du Québec que les élus aient aussi un fonds de retraite fondé sur la répartition «50-50». 

«On est rendu là, a dit le Maire. C'est une question d'équité intergénérationnelle.»

De son côté, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n'a pas voulu commenter cette affaire. 

«Ce matin, il y avait le même nombre d'effectifs en devoir qu'à l'habitude. Les citoyens ont eu le même service et ont eu droit au même nombre de policiers», a expliqué le directeur des communications du SPVM, Ian Lafrenière.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer