Exclusif

Émeutes de 2008: les casseurs des séries devront payer

Le soir du 21 avril 2008, le Canadien... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le soir du 21 avril 2008, le Canadien éliminait les Bruins. Les célébrations ont rapidement dégénéré. Plusieurs vitrines ont été saccagées, des boutiques pillées et des voitures de police incendiées.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Six années se sont écoulées, les vitrines fracassées ont été depuis longtemps remplacées et le Canadien a participé à cinq autres séries de la Coupe Stanley. Il en aura donc fallu du temps, mais enfin, la Ville de Montréal pourra récupérer une partie de ce qu'elle a perdu dans les émeutes des séries de 2008.

Vingt-six émeutiers viennent d'être condamnés au civil à rembourser une somme totale de 183 927$ à la Ville. Le 21 avril 2008, après l'élimination des Bruins de Boston par le Canadien, ils s'étaient livrés au saccage de 15 autos-patrouilles du SPVM, dont neuf ont été déclarées pertes totales.

Il ne s'agit que d'une victoire partielle pour la Ville. Quelques jours après les émeutes, le SPVM avait estimé que les dommages à ses voitures s'élevaient à 500 000$.

«La Ville n'est que partiellement satisfaite du résultat de certaines des décisions, et des démarches sont en cours pour tenter de récupérer des sommes supplémentaires, a affirmé hier un porte-parole de la Ville de Montréal, Philippe Rousseau. Pour cette raison, nous ne pouvons commenter davantage la situation.»

Le soir du 21 avril 2008, le Canadien éliminait les Bruins lors du septième match de leur série de première ronde. Une foule importante a afflué vers le Centre Bell. Fait intéressant, même s'il y a 21 273 spectateurs dans l'enceinte, aucun n'a été poursuivi par la Ville, s'il faut en croire les documents de Cour. Tous ceux qui l'ont été avaient regardé le match dans un bar ou chez des amis et s'étaient rendus au centre-ville.

Les choses ont vite dégénéré. Le SPVM a été dépassé par l'ampleur des émeutes. Plusieurs vitrines ont été saccagées, des boutiques pillées et des voitures de police incendiées.

Après 22 jours d'enquête, 73 personnes sont arrêtées. Plusieurs sont accusées au criminel et condamnées à des peines de prison à purger dans la collectivité.

Une trentaine de suspects sont aussi poursuivis par la Ville au civil. Fin juin, la Cour du Québec a finalement condamné 26 défendeurs.

32 600$ pour une voiture

Pour certains, la facture est lourde. Berardino Cipollone et Jean-François Biddington Ciampini ont participé selon la Ville «à la destruction totale» du véhicule de police immatriculé 11-6. Le juge de la Cour du Québec Sylvain Coutlée les a condamnés à rembourser 22 585$, soit la valeur de l'auto plus 5000$ chacun en dommages punitifs. Les deux hommes devront donc rembourser à eux deux près de 32 600$.

D'autres défendeurs s'en tirent mieux. Un des émeutiers, d'âge mineur au moment des faits, a sauté sur le capot d'une patrouille automobile en s'écriant: «Go, Habs, go!» La Cour l'a condamné à payer 3000$ en dommages punitifs.

En tout, les défendeurs devront payer près de 184 000$.

La Ville de Montréal n'a pas voulu expliquer quelles autres «démarches» seront entreprises pour récupérer encore plus d'argent. Chose certaine, la Cour a voulu envoyer un message.

«Pour certains défendeurs, la somme réclamée par la Ville peut paraître lourde. Pour d'autres, une juste rétribution. Dans tous les cas, elle fera réfléchir non seulement les défendeurs, mais aussi tous ceux qui pourraient avoir l'idée de poser et d'encourager de tels gestes», note le juge Coutlée.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer