Hommage à la mémoire de la cycliste Mathilde Blais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Michèle Sioui
La Presse

(MONTRÉAL) Quelques centaines de personnes se sont rassemblées lundi matin au viaduc Saint-Denis/Des Carrières pour honorer la mémoire de Mathilde Blais, frappée mortellement par un camion-grue une semaine plus tôt.

Devant un vélo fantôme - peint en blanc à la mémoire d'un disparu -, les organisatrices de l'événement ont lu une lettre transmise par la mère de la victime. 

« À toutes les personnes de bonne volonté qui saluent la mémoire de ma fille, je dis merci du fond du coeur. Je vous soutiens dans vos démarches pour un avenir plus sûr à vélo », a écrit Geneviève Laborde, en soulignant l'appréhension de sa fille par rapport au viaduc où elle a perdu la vie. 

« Je sais qu'elle craignait le passage sous le viaduc sous lequel vous vous trouvez [...] Paix à son âme, et puisse-t-elle vous aider à obtenir une route plus civilisée. »

Mathilde Blais, une orthophoniste de 33 ans, effectuait lundi dernier son 43e trajet à Bixi quand un camion-grue l'a frappée dans l'étroit viaduc de la rue Saint-Denis, sous la rue des Carrières. Sa mort a eu l'effet d'un choc: des panneaux de signalisation invitant cyclistes et piétons à partager le trottoir sont maintenant installés à cet endroit. Aussi le Service de police de la Ville de Montréal s'est-il engagé à tolérer les cyclistes sur le trottoir.

À Québec, le ministre des Transports, Robert Poéti, a promis de moderniser le Code de la sécurité routière, qui interdit à ce jour la circulation de vélos sur les trottoirs.

La cérémonie du vélo fantôme était le premier de deux hommages organisés pour Mathilde Blais lundi. Une vigile aura lieu sous le même viaduc vers 18 h.

Jointe par La Presse dimanche, la mère de la victime a dit puiser des forces dans le soutien exprimé par la population.

« Les deux vigiles qui se tiendront où ma fille est morte me touchent beaucoup. Mon dieu, mon Dieu, oui, ça me touche. Ça m'a tenu debout toute la semaine », a-t-elle dit. « Il faut qu'on améliore la cohabitation entre les voitures, les piétons et les cyclistes. J'espère que sa mort fera enfin bouger les choses, qu'il n'y ait pas d'autres victimes. »

Les funérailles de Mathilde Blais auront lieu mardi, à Québec.

- Avec Hugo Pilon-Larose




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer