Obstruction de la circulation: des manifestants déboutés en cour

Le 15 mars 2011, les policiers avaient procédé... (Photo: Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Le 15 mars 2011, les policiers avaient procédé à plus de 200 arrestations.

Photo: Patrick Sanfaçon, archives La Presse

La Presse Canadienne
Montréal

La police de Montréal était justifiée d'invoquer le code de la sécurité routière pour arrêter plus de 200 personnes et mettre fin à une manifestation contre la brutalité policière, il y a trois ans.

C'est ce qu'a déterminé le juge Richard Starck, mardi, en cour municipale de la Ville de Montréal.

Le 15 mars 2011, les policiers avaient procédé à plus de 200 arrestations, infligeant des amendes aux personnes arrêtées.

Le tribunal conclut que l'objectif de restreindre la liberté de réunion pacifique inscrit dans l'article 500.1 du code de sécurité routière constitue une limite raisonnable dans une société libre et démocratique.

Le jugement indique qu'«aucun citoyen n'a plus de droits quant à l'usage (des chemins publics) qu'un autre».

Le tribunal a dit ne pas retenir l'argument qu'il y ait «un droit absolu de manifester», qui ferait en sorte que «tous les autres citoyens doivent simplement souffrir des conséquences» des gestes posés.

Selon le jugement, les défendeurs avaient «des moyens alternatifs pour s'exprimer en toute légalité».

Ils pouvaient «informer les autorités de leur désir d'utiliser la voie publique», ou encore manifester sur les trottoirs, dans les parcs ou les places publiques.

La Ligue des droits et libertés agissait à titre d'intervenante dans cette poursuite contre la Ville de Montréal.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer