Sous la neige, les cônes orange

Une quarantaine de chantiers sont prévus à Montréal,... (Photo Andre Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Une quarantaine de chantiers sont prévus à Montréal, au coût de 383 millions, pour rafistoler plus de 170 km d'infrastructures et routes.

Photo Andre Pichette, Archives La Presse

La fin de l'hiver va ramener une prolifération rarement vue de cônes orange en 2014. Après deux années au ralenti, notamment causées par les révélations à la commission Charbonneau, la Ville de Montréal espère atteindre sa vitesse de croisière et multipliera les chantiers. Une quarantaine sont prévus, au coût de 383 millions, pour rafistoler plus de 170 km d'infrastructures et routes.

Pour voir la carte des chantiers

«Aussitôt qu'il va arrêter de neiger, on va pouvoir commencer les travaux, a indiqué en point de presse ce matin Chantal Rouleau, responsable des infrastructures de l'eau de l'administration Coderre. Nous savons que les citoyens devront être patients et compréhensifs durant la période des travaux, qui viendront certainement perturber leur vie quotidienne.  Mais nous avons des travaux de mises aux normes essentiels.»

«Une nouvelle ère»

En 2013, notamment en raison des retards engendrés par le processus de certification des entreprises auprès de l'Autorité des marchés financiers, à peine un chantier sur deux annoncé a effectivement été réalisé. Cette année, la Ville vise beaucoup plus haut et prévoit en réaliser trois sur quatre. On mise sur les changements législatifs et sur la «planification intégrée» des projets pour y arriver, explique Lionel Perez, responsable des infrastructures.

«C'est une nouvelle ère, annonce-t-il avec enthousiasme. C'est la première année de planification intégrée, qui nous assure une bien meilleure cohésion entre les quelque 50 partenaires impliqués dans nos chantiers.»

Essentiellement, cette planification permet de préparer les chantiers jusqu'à cinq ans d'avance, de façon à s'assurer que tous les travaux nécessaires soient effectués en même temps. On veut éviter de revivre le cauchemar de la rue Saint-Laurent, «qu'on a rouverte et fermée plusieurs fois», rappelle Mme Rouleau. «Ç'a duré trop longtemps et ç'a été pénible.»

Pour 2014, on prévoit dépenser 132 millions pour la réfection de 80 km de rues et trottoirs. Cinq ponts et tunnels passeront sous le pic des ouvriers. Le réseau d'eau, lui, aura droit à 198 millions pour 41 km d'égouts et aqueducs à reconstruire, et 60 autres à réhabiliter. On veut en outre reconfigurer de façon plus sécuritaire 48 intersections et moderniser 165 feux de circulation.

Insuffisant selon le vérificateur général

La Ville promet de tout mettre en oeuvre pour atténuer les impacts sur les citoyens, dit Chantal Rouleau. «Les perturbations seront minimales. Nous allons nous assurer de l'alimentation en eau potable en tout temps, les commerces resteront ouverts, les corridors piétonniers protégés. Et comme nous sommes une ville intelligente, nous allons assurer une communication efficace avec les citoyens.»

Malgré la pluie de millions annoncée, Montréal n'arrivera même pas à remonter la pente en ce qui concerne la vétusté de ses infrastructures. En 2012, le vérificateur général de la Ville, Jacques Bergeron, estimait qu'on était «presque à un point de non-retour» tant les infrastructures ont été négligées depuis des décennies. Il estimait qu'il faudrait des investissements annuels de 832 millions simplement pour arrêter leur dégradation.

Lionel Perez le reconnaît, «ce n'est pas en un an que ça va se régler. C'est un premier pas. Il faut prendre en considération la capacité de payer des contribuables. Sur un horizon de cinq ans, c'est quelque chose qui devra être décidé et effectué.»

Avec 100 km de conduites eau réhabilitées, sur près de 10 000 km, on refait près de 1% du réseau, indique Chantal Morrissette, directrice du Service de l'eau. Ce rythme est «normal» et devrait permettre de stabiliser ces infrastructures, conçues pour durer théoriquement 100 ans. «On est en bonne position pour être capable de rattraper une partie du retard», a-t-elle assuré.

Quelques chantiers

- Le boulevard Pie-IX, entre Beaubien et Bélanger : Construction d'égout, d'aqueduc, de trottoirs, de bordures, d'un mail central, d'un îlot et d'une chaussée flexible et travaux de réaménagement géométriques, là où requis dans la rue Sherbrooke;

- L'avenue Papineau, entre Ontario et Mont-Royal : Travaux de reconstruction d'égout, de conduite d'eau secondaires et principales, de chaussée, de trottoirs, de bordures, travaux d'éclairage et de feux de circulation;

- La rue Sherbrooke Est, entre Saint-Germain et Charlemagne : Travaux de reconstruction d'égout unitaire combiné, de conduite d'eau secondaires et principales, de chaussée, de trottoirs, de bordures et travaux d'éclairage et de feux de circulation;

- Le boulevard Edouard-Montpetit, entre Côte-des-Neiges et Vincent-d'Indy : Reconstruction d'une conduite d'aqueduc principale de 750 mm et reconstruction d'une conduite d'aqueduc secondaire de 200 mm;

- La rue Ontario, entre De Lorimier et Lespérance : Travaux de reconstruction d'égout, de conduite d'eau secondaires et principales, de chaussée, de trottoirs, de bordures, travaux d'éclairage et de feux de circulation et aménagement paysager;




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer