Ville de Montréal: Jean-Yves Hinse congédié

Jean-Yves Hinse dirigeait les ressources humaines de la... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse)

Agrandir

Jean-Yves Hinse dirigeait les ressources humaines de la métropole.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'homme que l'ex-maire Michael Applebaum voulait nommer directeur général de Montréal vient d'être congédié. Jean-Yves Hinse, qui dirigeait les ressources humaines de la métropole, avait eu une récente prise de bec publique avec le maire Coderre.

Ancien cadre de Québecor, Jean-Yves Hinse est arrivé à la Ville en 2004. Directeur principal du Service du capital humain, il était notamment responsable des négociations avec les employés. En mars 2013, M. Hinse avait été pressenti par l'ex-maire Michael Applebaum pour assurer l'intérim à la direction générale, mais c'est plutôt Robert Lamontagne qui a été choisi.

Son avenir à la Ville était incertain depuis l'annonce, par l'administration Coderre, d'une réforme administrative. Son poste faisait partie de ceux qui étaient appelés à disparaître. Son Service du capital humain a été scindé en deux branches, toutes deux confiées au nouveau directeur général de Montréal, Alain Marcoux.

Prise de bec

Jean-Yves Hinse a récemment eu une prise de bec publique avec Denis Coderre, s'inquiétant de la charge de travail engendrée par le virage technologique que le nouveau maire souhaite faire prendre à la Ville. «Au-delà des technologies, développer une application sur les nids-de-poule, ce n'est pas grand-chose - on parle de 3 à 400 000 dollars à peu près -, mais on est très inquiets de la charge de travail, car là c'est une transformation majeure et significative dans vos façons de faire dans vos arrondissements», avait-il dit.

Cette sortie avait visiblement irrité Denis Coderre qui s'en était plaint lors d'une rencontre publique de son comité exécutif quelques jours plus tard. «J'en profite pour vous demander de donner un cours aux gens du capital humain, qui n'ont pas compris cette semaine la réalité des applications et l'utilisation des technologies de l'information pour offrir un service de qualité aux citoyens», avait-il lancé à Harout Chitilian, élu responsable de la Ville intelligente. Incisif, le maire avait ajouté quelques jours plus tard: «Peut-être qu'il y a trop de dossiers qui se retrouvent au capital humain.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer