Exclusif

Des propriétaires de bar créent une communauté religieuse

Selon nos informations, les autorités sont persuadées qu'une... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Selon nos informations, les autorités sont persuadées qu'une communauté religieuse aurait été créée afin de permettre aux nouveaux propriétaires du couvent Notre-Dame-du-Bon-Conseil d'y occuper des condos ou d'en vendre.

Photo: André Pichette, La Presse

Des hommes d'affaires du Plateau Mont-Royal se sont créé de toutes pièces une congrégation après avoir fait face à des problèmes de zonage pour la conversion d'un ancien couvent en condos de luxe, a appris La Presse.

La «Congrégation Les yeux du coeur» est née fin janvier et est notamment administrée par Guillaume Drapeau et Christian Hébert, deux propriétaires d'un bar de l'arrondissement.

Indépendamment ou ensemble, les hommes sont impliqués dans différents projets commerciaux et immobiliers, dont un centre de conditionnement physique privé ainsi qu'une agence de placement pour employés de services de garde.

En début de semaine, l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal a demandé à ses avocats «d'intenter toutes les procédures judiciaires requises» pour faire respecter son zonage «culturel ou communautaire» dans ce bâtiment.

Selon nos informations, les autorités sont persuadées que la communauté religieuse aurait été créée afin de permettre aux nouveaux propriétaires du couvent Notre-Dame-du-Bon-Conseil d'y occuper des condos ou d'en vendre. Le zonage de la parcelle exclut tout usage résidentiel.

Le couvent est situé sur le boulevard Saint-Joseph, entre les rues De Brébeuf et De La Roche.

Lundi soir, le maire Ferrandez a profité de son conseil d'arrondissement pour pousser un coup de gueule contre les promoteurs qui veulent transformer les bâtiments religieux et communautaires en condos. «On a un besoin de locaux communautaires, on a besoin d'accueillir des groupes qui se portent à la défense des démunis», a-t-il dit.

«Le certificat qu'on a demandé, c'est pour y établir un couvent», a répliqué Guillaume Drapeau en entrevue à La Presse.

Une congrégation pas comme les autres

Guillaume Drapeau est copropriétaire du Bar Mont-Royal et de l'agence de placement SREPE inc.

Son collègue Christian Hébert, aussi du Bar Mont-Royal, est administrateur du St-Jude Espace Tonus, un centre de conditionnement situé dans un ancien bâtiment religieux.

Gabriel Boisjoly possède Déménagement Boisjoly et fils.

Ensemble, ils sont les administrateurs de la «Congrégation Les yeux du coeur».

En entrevue, M. Drapeau admet que la congrégation souhaite occuper le bâtiment, mais assure que c'est dans le cadre de sa vocation originale, afin d'y loger des religieux.

M. Drapeau dit être «effectivement» lui-même un religieux et ne voit pas «en quoi c'est incompatible» avec le fait qu'il administre un bar et d'autres commerces. «C'est un regroupement de plusieurs personnes qui partagent la même foi et qui ont décidé de s'associer en corporation religieuse pour exprimer leur foi en Dieu et, éventuellement, pour avoir des oeuvres charitables», a-t-il dit.

Il n'a pas été possible d'obtenir la liste des membres de la Congrégation.

Problème de zonage

Le bâtiment a été acquis des soeurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil en 2008, avant d'être transformé en condos.

Selon nos informations, les promoteurs s'attendaient à voir l'ancien couvent être dézoné et ont vendu les neuf unités à différents acquéreurs, dont des hommes d'affaires comme Gabriel Boisjoly et Guillaume Drapeau.

L'arrivée de Projet Montréal et du maire Ferrandez dans l'arrondissement a toutefois fait dérailler le projet, puisque l'administration a interrompu toutes les transformations de bâtiments religieux en condos.

Plus de la moitié des unités seraient inoccupées depuis leur achat. Les autres sont occupées illégalement, selon l'arrondissement.

Un des copropriétaires, l'agent immobilier Pascal Perrono, assure ne pas faire partie de la «Congrégation Les yeux du coeur».

«C'est ça qu'ils [Guillaume Drapeau, Christian Hébert et Gabriel Boisjoly] ont fait, moi je pense qu'il y a un moyen. [...] C'est malheureux d'en venir là pour arriver à faire quelque chose, parce qu'on ne peut rien en faire: ni résidentiel ni commercial», a dit M. Perrono.

Une autre copropriétaire, Isabelle Marleau, n'a pas voulu discuter du dossier avec La Presse.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer