La relance de Montréal passe par... Québec

En queue de peloton parmi les grandes villes... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

En queue de peloton parmi les grandes villes canadiennes, Montréal doit se fixer l'ambitieux objectif de revenir en tête d'ici 10 à 15 ans. Pour y arriver, la métropole québécoise devra notamment augmenter sa croissance démographique et réussir à abaisser son taux de chômage, avance le rapport.

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Québec doit contribuer davantage à la relance de Montréal, notamment en lui conférant des pouvoirs supplémentaires similaires à ceux de Toronto, recommande un rapport sur l'avenir de la métropole québécoise.

Taux de chômage plus élevé que dans les principales villes canadiennes, faible croissance économique: les signes ne mentent pas, la métropole québécoise est en perte de vitesse, souligne un rapport que BMO Groupe Financier et le Boston Consulting Group (BCG) dévoilent aujourd'hui. «Montréal recule dans le peloton depuis 15 ans», déplore Jaques Ménard, président de la BMO.

La perte de vitesse ne fait pas que toucher Montréal, elle mine tout le Québec. Jacques Ménard se dit particulièrement inquiet de voir la balance commerciale du Québec baisser depuis 15 ans, une situation qu'il attribue aux difficultés de la métropole. «La sous-performance de Montréal - et son impact sur le Québec - est ignorée, et c'est à nos risques et périls qu'on va continuer à l'ignorer.»

Dans son rapport «Créer un nouvel élan à Montréal», dévoilé aujourd'hui, BMO et le BCG formulent 10 recommandations inspirées d'une analyse de la relance de sept métropoles comparables à Montréal et présentent des entrevues avec une cinquantaine de leaders montréalais.

Le malaise «Montréal»

À l'aube d'une campagne électorale, Jacques Ménard invite ainsi les partis provinciaux à s'engager en faveur de la relance de Montréal. «Des fois, j'ai l'impression qu'à Québec, qu'on soit libéral ou péquiste, on souffre d'aphasie à l'idée de prononcer le mot "Montréal". Québec, même si ça va être pénible au début, va devoir prononcer le mot "Montréal", réaliser qu'il sert son intérêt en alimentant ce moteur davantage qu'il ne le fait.»

Pour y arriver, le gouvernement doit donner à la métropole des pouvoirs supplémentaires. «Pour le moment, Montréal a les mêmes outils que Mascouche et Sainte-Adèle», constate Jacques Ménard. Il propose d'imiter l'Ontario, qui a confié des pouvoirs supplémentaires à Toronto en 2007, notamment celui d'établir de nouvelles sources de revenus et d'accorder plus de latitude en planification et en urbanisme.

En queue de peloton parmi les grandes villes canadiennes, Montréal doit se fixer l'ambitieux objectif de revenir en tête d'ici 10 à 15 ans. Pour y arriver, la métropole québécoise devra augmenter sa croissance démographique, réussir à abaisser son taux de chômage et afficher une meilleure croissance de son produit intérieur brut.

Améliorer les infrastructures

La relance doit aussi passer par un vaste chantier dans lequel Montréal devra redonner meilleure mine à ses infrastructures. Au-delà des projets de l'échangeur Turcot et du pont Champlain, la métropole doit assurer une desserte efficace de l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

Enfin, le rapport souligne également l'importance de mesurer le progrès, pour s'assurer que les efforts consacrés à la relance portent leurs fruits.

Par-dessus tout, Montréal ne doit pas attendre un sauveur, prévient Jacques Ménard. «Il n'y en aura pas, de sauveur. Les Américains disent tout le temps que la cavalerie ne viendra pas. Au Québec, elle ne pourrait pas venir; on n'est même pas capables de nourrir les chevaux.»

Sept villes de la relance

Le rapport illustre comment sept métropoles comparables à Montréal ont réussi à se réinventer.

Boston, Massachusetts

> Population: 636 500 (métro: 4,6 millions)

Après un lent déclin de Boston, le maire Thomas Menino entreprend en 1995 de relancer l'économie de sa ville. Boston fait alors le pari de miser sur ses institutions d'enseignement pour orienter son développement sur quelques secteurs économiques bien précis: les biotechnologies, la santé, les services financiers, les hautes technologies et les technologies vertes. La ville contribue activement au démarrage d'entreprises. En parallèle, Boston s'est refait une beauté, notamment en enfouissant une énorme autoroute qui la traversait («Big Dig»).

Manchester, Royaume-Uni

> Population: 512 000 (métro: 2,7 millions)

Première ville au monde à s'industrialiser, Manchester connaît un important déclin à partir des années 60 quand son industrie manufacturière s'effondre. La ville se prend en main à la fin des années 90 avec un important programme de partenariats publics-privés pour retaper ses infrastructures. En moins d'une décennie, la ville met fin à son déclin et est aujourd'hui l'une des plus dynamiques du Royaume-Uni.

Melbourne, Australie

> Population: 4,3 millions

Deuxième métropole après Sydney, Melbourne est durement touchée par le krach boursier de 1987. Le taux de chômage y double alors que l'industrie du textile perd près du tiers de ses emplois, et trois banques s'effondrent. Pour rebondir, la ville entreprend une cure minceur en abolissant ou en privatisant plusieurs organismes publics. Melbourne mise alors sur le tourisme pour se relancer, notamment grâce à la construction d'un casino et d'un nouveau centre de congrès. La ville se dote aussi d'une signature visuelle.

Philadelphie, Pennsylvanie

> Population: 1,5 million (métro: 6 millions)

Philadelphie a longtemps été synonyme de déclin, ayant connu la décroissance pendant 40 ans, une période pendant laquelle la ville a perdu 400 000 habitants. Dans les années 90, le maire Ed Rendell entreprend de redresser les finances de la Ville: il gèle le salaire des employés municipaux, diversifie les sources de revenus et abaisse les taxes commerciales. Toute sa stratégie cherche à ramener les gens au coeur de la ville. Pour attirer des résidants, des édifices de bureaux sont convertis en immeubles de condos.

Pittsburgh, Pennsylvanie

> Population 1,7 million (métro: 2,4 millions)

La récession des années 80 fait très mal avec l'effondrement de l'industrie de l'acier, principal employeur de Pittsburgh. Afin d'attirer de nouvelles entreprises, la ville crée des réserves foncières, offre des exonérations d'impôt. Pittsburgh mise alors sur les secteurs de la science et de la technologie. Pittsburgh travaille aussi à améliorer la qualité de vie de ses résidants. La transformation de la «ville de l'acier» est complète: aujourd'hui, le secteur tertiaire est le plus important employeur. Après 20 ans, la relance n'est pas encore terminée, puisque le PIB par habitant demeure faible

San Diego, Californie

> 1,3 million (métro: 3,1 millions)

La décision du Pentagone de diminuer ses activités militaires dans la région fait extrêmement mal à l'économie locale alors que plusieurs fournisseurs locaux de l'armée sont poussés à la faillite. La mairesse Susan Golding entreprend alors de réduire les dépenses publiques de façon draconienne. La majorité des services doivent diminuer de 18% le nombre de leurs employés. Pour stimuler l'économie, San Diego abaisse de 75% les taxes des entreprises. Une quarantaine de règlements municipaux sont aussi abolis pour simplifier la vie aux entrepreneurs. En parallèle, l'université locale lance un programme de financement de la recherche et favorise les transferts vers les entreprises.

Seattle, Washington

> Population: 635 000 (métro: 3,5 millions)

La ville connaît une chute vertigineuse à la fin des années 60 quand le principal employeur, Boeing, met à pied 68 000 de ses quelque 100 000 employés. Désespérés de voir les habitants partir, deux agents d'immeubles en viennent à ériger en 1971 un panneau publicitaire demandant à ce «que la dernière personne à quitter Seattle veuille bien éteindre les lumières». Seattle mise alors sur les technologies pour relancer son économie. Elle verra certains fleurons s'y implanter, dont une petite entreprise de 13 employés: Microsoft. Seattle est aujourd'hui une métropole parmi les plus prospères: 52% de sa population est titulaire d'au moins un baccalauréat.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer