8,7 millions pour la sécurité du tunnel du mont Royal

Le programme d'amélioration approuvé par le SIM en... (Photo: André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Le programme d'amélioration approuvé par le SIM en décembre dernier prévoit la «mise en service d'un système de ventilation fixe» capable d'évacuer la fumée en cas d'incendie dans ce tunnel de près de cinq kilomètres de long, sans sorties de secours, construit il y a près de 100 ans et où transitent plus de 30 000 passagers par jour.

Photo: André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) devra investir 8,7 millions dans le tunnel du mont Royal d'ici la fin de l'année afin de remplir les conditions de sécurité «minimales» imposées par le Service des incendies de Montréal (SIM) pour permettre la circulation des nouvelles locomotives bimodes.

L'agence provinciale qui gère le réseau des trains de banlieue de la métropole devra aussi présenter «le plus rapidement possible» un échéancier pour la mise en oeuvre d'une deuxième phase d'amélioration de la sécurité du tunnel, qui devra débuter «avant 2016» et qui devrait s'avérer beaucoup plus coûteuse.

Le programme d'amélioration approuvé par le SIM en décembre dernier prévoit la «mise en service d'un système de ventilation fixe» capable d'évacuer la fumée en cas d'incendie dans ce tunnel de près de cinq kilomètres de long, sans sorties de secours, construit il y a près de 100 ans et où transitent plus de 30 000 passagers par jour.

Le tunnel devra aussi être doté de systèmes de détection pour prévenir les intrusions et de détecteurs de fumée et de chaleur installés «aux endroits stratégiques». Le programme prévoit enfin l'aménagement de «stations bleues», comme on en voit dans le métro. Ces niches sont équipées d'un extincteur et d'un téléphone d'urgence et sont aménagées dans la paroi du tunnel. Elles doivent leur surnom à une lumière bleue très caractéristique qui les éclaire et qui est facilement repérable dans le noir.

Selon une lettre du SIM acheminée à l'AMT en décembre dernier, rendue publique mercredi par The Gazette, «il est essentiel que cette phase 2 débute avant 2016».

Conditions minimales

Les nouvelles locomotives des trains de banlieue ont été acquises pour plus de 300 millions par l'AMT. Elles sont bimodes en ce sens qu'elles fonctionnent au diesel ou à l'électricité selon les besoins. Cette caractéristique les rend indispensables à la mise en service du futur Train de l'Est, prévue l'an prochain, entre Mascouche et Montréal.

Cette ligne de train roulera au diesel sur la plus longue partie de son parcours. Mais les locomotives devront passer en mode électrique pour traverser le tunnel, où l'utilisation des carburants fossiles est interdite. Même en mode électrique, la locomotive traînera tout de même avec elle des réservoirs de plusieurs milliers de litres de carburant inflammable dans un tunnel dépourvu de sorties de secours ou de système de gicleurs pour combattre un incendie.

Après des mois de négociations, l'AMT et le SIM ont convenu d'une première série de mesures à mettre en place avant la fin de 2013 pour améliorer la sécurité des passagers des trains de banlieue.

L'AMT devra ainsi améliorer la signalisation à l'intérieur du tunnel et construire des trottoirs le long des voies ferrées dans les parties du tunnel qui n'en ont pas. Un système de radiocommunications compatible avec ceux des services d'urgence sera installé avant la fin de 2013.

En attendant la mise en place d'une ventilation fixe dans le tunnel qui relie la ville de Mont-Royal à la Gare centrale en passant sous la montagne, l'AMT devra déployer une unité de ventilation mobile pour évacuer la fumée en cas d'incendie.

Enfin, l'AMT devra fournir un «véhicule d'intervention rapide» capable de rouler sur les rails, muni d'un réservoir d'eau ou d'un système de projection de mousse à «ultra haute pression», pour permettre aux pompiers d'intervenir le plus rapidement possible en cas de sinistre.

La mise en place de ces cinq éléments de sécurité est considérée comme «minimale» par le SIM.

Selon Brigitte Léonard, porte-parole de l'AMT, la mise en oeuvre des mesures prévues dans cette première phase du programme Réno-Tunnel est estimée à 8,7 millions, dont 3 millions pour les radiocommunications.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer