L'Ombudsman de Montréal préoccupé par les cas d'insalubrité

Johanne Savard... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Johanne Savard

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Ombudsman de Montréal est préoccupé par l'augmentation du nombre de plaintes d'insalubrité dans les logements de la métropole. Johanne Savard demande à la Ville d'assurer un meilleur suivi des plaintes des locataires.

Le bureau de l'Ombudsman a reçu l'an dernier 48 plaintes touchant la salubrité, contre 29 deux ans plus tôt, révèle son rapport annuel 2011, dévoilé mardi matin. Déjà 13 plaintes et 3 enquêtes ont été ouvertes dans les premiers mois de 2012, a ajouté Mme Savard lors d'un point de presse.

Mme Savard reconnaît que ces pointes ne représentent que de la pointe de l'iceberg puisqu'un sondage mené à l'automne 2011 permet de constater la faible notoriété de son bureau. Moins de 20% des 1000 citoyens sondés ont dit avoir entendu parler de l'Ombudsman.

Les cas d'insalubrité s'étant rendus à son bureau étaient toutefois très sérieux. Ses six enquêtes menées en 2011 sur le sujet ont porté sur des cas où des rapports médicaux attestaient que des personnes ont dû être hospitalisées pour des problèmes pulmonaires majeurs causés par des champignons.

Disant avoir eu une collaboration variable des arrondissements, l'Ombudsman a invité la Ville à faire un suivi plus rigoureux des plaintes qui lui sont adressées. «C'est facile de fermer un dossier. Souvent quand c'est un problème de champignons, les propriétaires ont tendance à gratter un peu et mettre beaucoup de peinture pour relouer le logement. Mais ça veut dire que dans un an et demi, un autre locataire va avoir la même problématique», déplore Mme Savard. Celle-ci estime que la Ville doit «s'assurer que le problème a vraiment été réglé. Il y a le problème en surface, mais il y a celui derrière le gypse.»

Les propriétaires privés ne sont pas les seuls à blâmer, permet de constater le rapport de l'Ombudsman. Mme Savard a ainsi enquêté sur une infestation de rats dans un logement de l'Office municipal d'habitation de Montréal. Même si 28 rats avaient été capturés dans son appartement entre septembre 2010 et janvier 2011, c'est seulement lorsque l'Ombudsman s'est intéressé au dossier que la locataire a été logée dans un autre endroit et que le problème a été réglé. Mme Savard estime que «la gestion des problèmes de rats laissait à désirer» à l'OMHM.

Le rapport 2011 rendu public ce matin indique que le bureau de l'ombudsman a reçu 1363 plaintes l'an dernier et ouvert 207 enquêtes.

Encore cette année, c'est l'arrondissement du Plateau qui a suscité le plus grand nombre de plaintes (67), suivi de Ville-Marie (61). Mme Savard explique ce plus grand nombre de plaintes par la plus grande concentration de population dans les arrondissements centraux.

 




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer