Un loueur de vélos se dit pénalisé par le Bixi

Depuis que des bornes Bixi ont été installées... (Photo: François Roy, La Presse)

Agrandir

Depuis que des bornes Bixi ont été installées tout près de sa boutique de location de vélos dans le Vieux-Port, André Giroux dit avoir perdu des clients.

Photo: François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Montréalais ont vite adopté le Bixi, comme en témoignent les 3000 déplacements enregistrés chaque jour, mais les nouveaux vélos en libre-service ne font pas que des heureux. Ils fournissent une concurrence inattendue à un entrepreneur qui loue des bicyclettes dans le Vieux-Montréal.

Propriétaire de la boutique Ça roule, rue de la Commune, André Giroux précise qu'il est favorable au nouveau programme. Mais depuis que deux bornes Bixi ont été installées à quelques mètres de son commerce, il a perdu plusieurs clients.

 

«Ce ne sont pas des pertes qui mettent l'entreprise en danger pour le moment, affirme-t-il. Mais avec la récession en même temps, ce n'est pas génial.»

André Giroux, qui tient boutique depuis 15 ans, possède une centaine de vélos qu'il loue aux visiteurs qui souhaitent explorer le Vieux-Port. Or, le Bixi, en principe conçu pour les déplacements courts, semble avoir été adopté par les promeneurs.

«Pensez-vous que ces gens-là vont du point A au point B? demande-t-il en montrant une mère et son fils qui roulent en Bixi. Ça m'a plutôt l'air de gens qui font de la randonnée. Ça, ce sont des clients qu'on aurait eus normalement.»

Stationnements de Montréal, l'organisme public qui gère les Bixi, reconnaît que le cas d'André Giroux n'est pas isolé. Un autre loueur de vélos, du Plateau-Mont-Royal celui-là, s'est plaint d'avoir perdu des clients, selon le porte-parole de l'organisme, Michel Philibert.

«La clientèle qu'on vise, c'est surtout les Montréalais, dit M. Philibert. On ne vise pas directement les touristes. Le Bixi n'est pas conçu pour faire de grandes randonnées, la tarification n'est pas conçue pour ça non plus.»

Stationnements de Montréal a donc déplacé une borne Bixi qui se trouvait à une quarantaine de mètres de la boutique Ça roule. André Giroux souhaite que l'organisme fasse de même avec un autre poste, situé à l'angle de la rue de la Commune et de la place Jacques-Cartier.

L'organisme n'entend pas se rendre à cette demande. En revanche, il posera, à ses frais, des panneaux publicitaires sur la borne pour inviter ceux qui souhaitent faire une randonnée plus longue à visiter la boutique Ça roule. André Giroux, lui, compte prendre le taureau par les cornes pour faire face à son nouveau concurrent. Il achètera bientôt 10 vélos costauds semblables aux Bixi et les louera 5$ l'heure.

 




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer