Zampino a bien voyagé sur le yacht d'Accurso

Frank Zampino devrait occuper des fonctions de direction... (Photo: La Presse)

Agrandir

Frank Zampino devrait occuper des fonctions de direction financière dans une firme d'ingénieurs de Laval.

Photo: La Presse

L'ancien président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino, a bel et bien voyagé en janvier 2007 sur le yacht du promoteur Tony Accurso, dans les Antilles, alors que la Ville se préparait à signer le plus gros contrat de son histoire avec un consortium GéniEAU, codirigé par M. Accurso, a confirmé hier le maire de Montréal, Gérald Tremblay.

Dans une lettre qu'il a adressée au maire plus tôt dans la journée, M. Zampino affirme qu'il a séjourné deux fois, et à ses frais, sur le bateau de luxe de Tony Accurso, soit en janvier 2007 et en février 2008. M. Zampino était alors à la tête du puissant comité exécutif de la Ville de Montréal, un poste qu'il a quitté en juillet dernier.

Quand M. Zampino a débarqué à Saint-Thomas, dans les îles Vierges américaines, à la fin de janvier 2007, pour y rejoindre son ami Tony Accurso, le consortium GéniEAU venait à peine de répondre à un appel de qualification pour installer des compteurs d'eau dans les secteurs industriels et commerciaux.

Le contrat de 350 millions de dollars a été octroyé en novembre suivant à GéniEAU, un consortium formé par la firme Simard-Beaudry, appartenant à M. Accurso et au Fonds de solidarité de la FTQ, et par le groupe d'ingénieurs Dessau. M. Zampino a été nommé vice-président de Dessau en janvier dernier.

Gérald Tremblay a assuré hier que le processus d'octroi du contrat des compteurs d'eau «avait été fait dans les règles de l'art». Il a toutefois convenu que Frank Zampino n'avait «pas pris une bonne décision» en séjournant sur le bateau de M. Accurso pendant le processus de qualification des consortiums.

«Moi, je n'y serais pas allé, parce que ça peut donner des impressions, des perceptions ou des apparences de conflit d'intérêts», a déclaré Gérald Tremblay, lors d'une conférence de presse à l'hôtel de Ville. Le maire a précisé qu'à l'époque il n'était pas au courant de ces séjours.

Cet aveu de Frank Zampino survient au moment où les relations de M. Accurso avec diverses personnalités politiques et syndicales font la manchette. Les médias ont récemment mis au jour l'amitié entre le promoteur et le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Les liens entre M. Accurso et Frank Zampino ont toutefois une signification différente, croit Daniel Marc Weinstock, directeur de la Chaire de recherche du Canada en éthique et philosophie. «Pour moi, il y a un degré de vigilance supérieur qui est de mise dès qu'il s'agit d'argent qui provient des taxes des contribuables», a-t-il dit.

Amis depuis 25 ans

Dans sa lettre, Frank Zampino admet qu'il connaît Tony Accurso depuis plus de 25 ans, «soit bien avant (son) entrée en politique», écrit-il. Il assure qu'il a personnellement assumé la totalité des frais de transport et de séjour des croisières sur le yacht de M. Accurso et se dit prêt à fournir les factures et les chèques datés et encaissés au moment de ces séjours pour prouver ses affirmations.

Il ne précise pas, toutefois, s'il a participé aux frais de location du yacht, qui se loue entre 55 000$ et 75 000$US par semaine.

Frank Zampino assure finalement qu'il n'a pas «contribué au succès» d'affaires de M. Accurso, considéré comme l'un des plus importants entrepreneurs en travaux publics du Québec.

«L'attribution du contrat pour l'installation et l'entretien des compteurs d'eau a été pilotée par la Direction de l'approvisionnement de la Ville de Montréal, selon une procédure extrêmement rigoureuse et conforme aux règles de l'art», a-t-il écrit.

Trois consortiums avaient soumissionné pour obtenir le contrat des compteurs d'eau. Outre GéniEAU, il y avait un consortium composé de Construction Frank Catania et du Groupe SM, dirigé par l'ingénieur Bernard Poulin, ainsi qu'un consortium formé par SNC-Lavalin et Gaz Métro. Ce dernier avait finalement retiré sa soumission. Le contrat consiste à installer, entretenir et réparer un réseau de compteurs pendant 25 ans.

Quelques mois avant janvier 2007, la Ville de Montréal avait lancé l'appel d'offres pour le développement du Faubourg Contrecoeur, par l'entremise de la Société d'habitation et de développement de Montréal. Construction Marton, propriété de M. Accurso, avait soumissionné. La vente du terrain du Faubourg Contrecoeur, dans l'est de Montréal, a été faite à Construction Frank Catania, qui a requis les services de Dessau pour les plans d'urbanisme et la décontamination.

Avec Éric Clément Et André Noël

 




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer