Accord de Paris: Coderre dénonce les «non sens» de Trump

Lors de son mot d'ouverture, Denis Coderre a... (Photo Simon Giroux, Archives La Presse)

Agrandir

Lors de son mot d'ouverture, Denis Coderre a indiqué que les participants à Métropolis adopteraient une déclaration pour manifester leur soutien à l'Accord de Paris.

Photo Simon Giroux, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire Denis Coderre a profité de l'ouverture du congrès Métropolis pour dénoncer les «non sens» du président Donald Trump, en décidant de retirer les États-Unis de l'Accord de Paris.

Près de 150 maires des principales villes du monde et 1500 délégués sont réunies à Montréal cette semaine pour discuter d'enjeux les affectant, comme les changements climatiques et le terrorisme.

Lors de son mot d'ouverture, Denis Coderre a indiqué que les participants à Métropolis adopteraient une déclaration pour manifester leur soutien à l'Accord de Paris. «Les maires vont prendre leurs responsabilités», a-t-il dit. Le maire a qualifié de «non sens» la décision du président Trump de retirer son pays de cette entente.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a aussi manifesté sa déception devant le retrait américain.

Le message a bien été accueilli par les participants. «Quand on signe pour l'accord de la COP 21, on engage le pays. Il faut respecter ces accords. Et ce n'est pas juste un accord, c'est le climat. M. Trump se trompe», a réagi Jean Roatta, maire adjoint de Marseille, en France. Il importe selon lui que les élus municipaux reprennent ce message pour que celui-ci circule dans les métropoles.

Pour le maire de Québec, le retrait américain pourrait avoir l'effet contraire que celui désiré, soit de fouetter la communauté internationale, plutôt que la décourager. «M. Trump ne comprend peut-être pas toujours les conséquences de ses actes, mais il a fait en sorte qu'on est à l'unisson derrière COP 21. Personnellement, sachant ce qu'il fait, je vais travailler plus fort pour appuyer l'Accord à Québec. Il a provoqué cela chez moi et je ne suis pas le seul. Il y a des entreprises aussi qui vont mettre plus d'efforts. Dans le fond, on doit quasiment le remercier, ce pauvre homme», a dit Régis Labeaume.

L'enjeu de la sécurité

La multiplication des attentats terroristes dans les principales villes du monde se trouvera également au coeur des débats. Le premier ministre Couillard a appelé à faire face à la menace sur deux fronts. «Il faut combattre et prévenir. Il faut combattre le terrorisme sans compromis avec la même dureté que ces gens combattent notre civilisation. Mais il faut également prévenir le terrorisme et la radicalisation», a-t-il dit aux participants de Métropolis. Citant le Centre de la prévention de la radicalisation, il a indiqué que d'autres initiatives seront dévoilées sous peu au Québec.

Philippe Couillard a d'ailleurs posé le Québec, qui mise sur l'interculturalisme, en modèle du vivre ensemble. «La diversité est une source de solution, pas un problème», a-t-il insisté.

«Les attentats, que ce soit en France ou ailleurs, il n'y a pas de barrières sur cet intégrisme, sur ces bandits, ces voyous et ces assassins. Sur cela aussi, il faut une solidarité», a plaidé Jean Roatta.

Régis Labeaume a dit espérer en apprendre davantage sur les initiatives des autres villes, mais admet ne pas croire en «une solution miracle». Sa ville ayant été le théâtre d'une triste attaque contre une mosquée, le maire de Québec a estimé que l'auteur de l'attentat était «le fruit de l'intolérance».

Alors que les problèmes de terrorisme se trouvent au coeur des échanges, le congrès se déroule sous haute sécurité. Des mesures importantes ont été déployées autour du Palais des congrès et la présence policière se fait fortement sentir.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer